TEST CHAINE KMC SQUIRT LUBE / HUILE ROHLOFF
13 septembre 2014
Protocole de test du SALBERT
22 septembre 2014
Salut à tous,

Retour à la compétition ce week end avec l’époque des
grimpées. 
Depuis mon naufrage aux 2
alpes le 24 aout dernier, avec  le CLM
raté et un abandon dès le km O le lendemain sur la course, le doute s’était
installé…au point de faire des analyses de sang et même de ne pas me présenter
à la Vosgienne le week end dernier.  La
cause a été identifiée et me pendait au nez depuis un moment : vouloir
maintenir  trop longtemps son poids de
forme,  voir être en dessous ne
fonctionne qu’un temps….Les analyses de sang étant excellentes,  j’ai donc tout mis sur le compte d’un poids
trop faible engendrant perte de force, mauvaise récup, mauvaises sensations
régulières. Déjà identifié en 2013 et pourtant mis plusieurs fois en avant en  2014 aussi, dès que je reste trop longtemps  sous 61 kg, ça ne fonctionne plus. Les
chiffres sont parlant  quand on couple
courbe de puissance et courbe de poids…au moins c’est fait, cette fois je
connais vraiment mes limites. Mieux vaut avoir 1 kg de trop et continuer à progresser
que vouloir économiser 3 à 4 watts en montée et  perdre 20 watts au bout du
compte (je le répète assez souvent à mes clients pourtant…). Donc depuis 15
jours je sens que ça va mieux et que les watts reviennent doucement avec mon kilo
repris ! L’envie de recourir est arrivée 48h avant le chrono du col Amic
quand enfin watts et sensations sont revenus.  Je me suis donc présenté samedi après midi pour
cette grimpée FSGT organisé par le VC SOULTZIA . Le but étant pour avant tout de
se  faire plaisir en retrouvant l’ambiance
compétition sur un petit effort de 22 min estimé. Cette année le parcours est
raccourci de 1.5 km à 7% suite au règlement obligeant les organisateurs d’avoir
une ambulance à dispo pour des épreuves de plus de 10 km…
De plus l’ancien
terrain permettant le départ des précédentes éditions est maintenant en
construction…Bref c’est la partie la plus difficile qui n’est plus au programme
et le départ est donné au niveau du stand de tir sur la route d’Amic ( lieu de
ravito de la Vosgienne pour situer) et commence donc par une descente..Le
profil étant déjà assez roulant, il avantage encore moins les grimpeurs cette année. D’un
point de vue matériel et optimisation, j’ai apporté une petite nouveauté à mon
vélo en bricolant une cassette afin de décaler les pignons de 21/23/25 pour me
permettre d’être aligné avec le grand plateau. 
Bricolage maison, empilage de cales pour décaler les pignons.
En effet pour éviter de croiser
la chaîne tout en restant sur les plus grosses couronnes pour un meilleur
rendement mécanique, j’ai tenté cette approche car sur du 5 % tout en pouvant
tourner  les jambes à 85/90tr/Min vers
310w, j’avais estimé que tout pouvait passer sur le grand plateau. Et c’est
passé ! Dès l’échauffement, j’avais les jambes et j’ai pu tenir un très
beau 318 watts moy sur la montée. 
Résultat inespéré vu l’entrainement et le doute des dernières semaines…Petit
regret sur le choix du pneumatique avant, la route étant plus mouillée que
prévue, la version slick n’était pas le bon choix et j’ai du ralentir plusieurs
fois dans la première partie descendante et en virage pour ne pas glisser…
Bonne gestion mais départ sans glissage et embrouille plus tard dans les braquets aurait permis de gratter encore quelques secondes!
 Je
fini 10 ème en 21’54  à 30 seconde des premiers
qui se tiennent dans un mouchoir de poche. Chaque détails et seconde comptent !
30 s ça parait peu et le calcul théorique montrent qu’il fallait quand même  15 watts de plus pour atteindre 21’22. Je suis
pleinement satisfait malgré tout et ne pouvait faire mieux.  L’épreuve a attiré beaucoup de beau monde et c’est
mérité ! Avec la route fermée et la météo clémente, c’était le top.  Les grimpées dans la région se font rares, il
fallait en profiter.  Le CLM du Ballon d’Alsace
par Saint Maurice,  qui me tient tant à cœur
depuis de nombreuses années,  a été
annulé et  c’est vraiment dommage. En
espérant que les organisateurs trouveront les ressources nécessaires pour
rebondir en 2015 ! Rdv donc dans 3 semaines pour le dernier chrono,
celui-ci se joue à domicile, le Salbert , lieu de mes fameuses  séances  d’essais de rendement matériel ! 
2 ème chez les vétérans, pas si mal ..

9 Comments

  1. Après les tests de meilleur rendement en fonction des périphériques, l'année 2015 sera-t-elle celle des tests de meilleur rendement en fonction du poids ? :p

  2. Non, c'est bon j'irai pas plus loin, 2013 et 2014 m'ont suffit pour trouver mes limites! Sinon comme tu peux le remarquer sur le graph de puissance et même si c'était pas évident avec les virages, j'ai essayé de maintenir 320 w moyen sur les 2 premières minutes de descentes, faux plat et ainsi ne pas avoir à accélérer ensuite pour rattraper la puissance perdue. Mais c’était peut être moins évident dans ton cas ( 47 km/h pour moi et j'y suis arrivé )

  3. Oui, c'est ce que j'ai vu en effet. Si j'ai bien interprété le graphique, tu as maintenu ton allure "de base" du début jusqu'aux deux dernières minutes puis tu as accéléré car tu te sentais bien.

    En gros, moi je démarre un poil au dessus puis je reviens à la valeur de base, toi tu assure en maintenant la valeur de base depuis le départ et tu accélère à la fin si tu le peux. Je testerai ça à la prochaine occasion.

  4. tu trouveras ici des graphiques de mauvaises et bonnes stratégies de gestion:

    Il est clair que dans un CLM très vallonés, je suis d'accord qu'il faut augmenter un peu la puissance en montée et la baisser en descente. Mais dans un col même avec des faux plat, il faut rester à iso puissance.D'un point de vue énergétique, que ce soit physio ou mécanique,c 'est ce qu'il y a de moins coûteux!

  5. Merci pour le lien.

    En regardant le document, j'ai repensé à la "10/20/30/40/50 rule" de friel (ou de coggan, je ne sais plus) qui dit que pour un objectif de 30 de moyenne, il faut utiliser le maximum de son énergie quand on roule à 10km/h et le minimum d'énergie quand la vitesse est de 50km/h. Du moins, c'est ce que ma mémoire a retenu, je peux me tromper.

    Si j'interprète le document et la stratégie que tu applique, ce serait plutôt une règle du genre "150/250/350" qui dirait que pour un objectif de 250w il faut pousser plus quand on est à 150w et lever le pied quand on est à 350w. C'est bien ça dans l'idée ?

  6. Si je dois maintenir une puissance moyenne de 250 watts pour un exo ou pour un CLM , en aucun cas je vais faire de telles variations ou alors cela va vraiment être de manière très breve sur un changement de plateau ( 150w) ou une relance ( 350w). Si plus long, cela veut dire que tu passes entre du ressenti I1, récupération à I5 PMA pour gèrer un exo??? c'est impensable avec la puissance, autant s’entraîner avec rien! c'est comme si tu me dis que ta fc va osciller entre 120 et 180 puls pour gérer un fc moy de 160…non on se connait avec la puissance, l'affichage va varier de +/- 20 watts autour de la valeur cible. C'est la meilleure gestion, la plus économique d'un point de vue physiologique.

  7. Relatif dit :

    Bonjour
    Je vois que vous êtes spécialiste, je me permet donc une question.
    Comment calculer la perte de puissance transférée à la roue lorsque la chaîne n'est pas alignée, puissance perdue en fonction des mm d'écarts d'alignements..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *