Rendement de lubrifiants pour chaîne de vélo.
12 octobre 2013
Test ROTOR POWER
1 novembre 2013
Salut à tous,
Après le bilan de mi-saison, voici mon bilan de fin saison. Celui-ci
est plutôt positif. Comme espéré lors de mon billet de fin aout, le pic de
charge a porté ses fruits et le mois de Septembre a été bon. La puissance au
seuil à fait un bond de  + 10w sur 30 min
( 315 w vs 305 w) me permettant de jouer les podiums sur les cyclos et grimpées
jusqu’à début Octobre ( cf les billets précédent).
Les records de puissance sur sep/octobre
 Pour y parvenir, je n’ai
absolument pas suivi les mêmes entraînements qu’en 2012. Ces derniers avaient
trop axés endurance critique  entraînant
une certaine fatigue résiduelle ( comme un peu sur fin juin 2013…) Cette
dernière avait du être absorbée avec plus de délais et le pic de forme était intervenu
trop tard. Cette année ma dernière  sortie longue aura été celle de l’EDT  début juillet avec 4h40. Depuis et pour
favoriser la récupération, j’ai enchaîné les sorties très régulièrement me
permettant d’atteindre la même charge (95  CTL) qu’en 2012 mais sans jamais dépasser 2 h30.
En gros foncier/intensité/foncier/intensité….etc et  6j sur 7j avec donc une journée off par
semaine. Ce protocole m’aura permis d’avoir une amélioration des performances
plus rapide.  
Exemple d’un bloc avec enchaînements
Evidemment c’est un
entrainement adapté à mes objectifs qui étaient globalement court pour cette
fin saison. Il ne faut pas faire un raccourci non plus en disant que l’on peut
performer longtemps sans sorties longues ! Comme souvent on voit que la
récupération est la clé de la progression. Beaucoup trop de cyclistes et
sportifs savent s’entrainer et sont au courant des dernières techniques de
préparation mais trop peu savent récupérer correctement. Les cycles de
récupération sont souvent trop peu marqué de peur de perdre les acquis !
Dommage ! Preuve en est me concernant qu’il n’est pas nécessaire de faire
très long pour améliorer ses performances mais c’est bien la gestion de la
charge et de la récupération qui est la clé. Attention aussi pour les n’offices
dans la puissance, atteindre 95 de  CTL impose
tout de même 12 à 14 h de vélo/semaine ! Je n’ai pas dis que je ne
pédalais pas, juste différemment ! 
J’ai donc pu atteindre le même niveau qu’en 2012 mais plus
tôt et plus longtemps. Couplé à un poids de corps un peu plus light ainsi qu’un
choix de pneus + vélo plus compétitif qu’en 2012, les podiums scratch n’ont
jamais été aussi prêts. 
Jour de grâce post compétition, un cp 20 @325w possible ce jour là, 16min@330w! 
 Avec encore 10
watts de plus, ça serait vraiment sympa pour 2014 ! Va falloir maintenant réfléchir
à la prépa hivernal +  printemps pour atteindre rapidement le niveau actuel
puis ensuite le dépasser. Toujours facile à dire 6 mois à l’avance ! En
attendant je continue de rouler en prenant plaisir sans trop regarder le SRM et
sans plan bien définis. Les jours baissant et le mauvais temps plus régulier
font baisser naturellement la charge de toute façon. Une coupure de quelques
jours achèvera  la régénération quand l’hiver
aura envie de venir. Pour le moment il y a encore de si belles journées que je
profite sans m’imposer la coupure bien inutile si on est encore motivé psychologiquement. De
toute façon quand on ne dépasse pas 15h/semaine toute l’année, la saturation
physique est peu probable. Même des pros comme Samuel Dumoulin ont changé leur approche de ce coté là ! 
Pour les prochains billets retour des derniers
tests déjà réalisés mais pas encore rédigés: veloflex Record vs Supersonic,
chambre latex 47g, lightweight + boyaux veloflex extreme vs  jante pneus + supersonic, Rotor power, chaine
yaban basse friction….

2 Comments

  1. Maxim dit :

    Et la périodisation inversée ?

  2. c'est un choix dans la prépa de début de saison. J'ai par contre utilisé les intensités courtes pendant ma petite coupure de juillet pour entretenir le potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *