Tubolito S-Tubo Road
11 juin 2019
Test roues BIKEBEAT
27 juin 2019

Bonjour à tous,

J’ai pu tester un nouveau lubrifiant pour chaine de vélo. Il s’agit d’un primaire d’adhérence, AFUPRIM, développé par la société AFULUDINE. Pour les présenter, c’est une jeune société basée à Besançon qui a lancé des lubrifiants écologiques brevetés capable de remplacer l’huile pour lubrifier, dégripper et protéger les matières métalliques à l’échelle industrielle ou dans la vie domestique.

L’entreprise s’est associée à l’équipe cycliste Groupama FDJ pour mener des essais sur la friction des chaines de vélo dont on peut retrouver l’article du Cycle ci dessous.

Pour ceux qui sont intéressés d’en savoir plus sur le fonctionnement de ce produit ainsi que l’historique du développement, je conseille vivement de regarder la vidéo ici. Leurs produits écologiques se positionnent comme une réelle alternative à tous les lubrifiants huileux à base de pétrole dans l’industrie. La partie vélo est abordée vers 7 min de vidéo.

L’entreprise a développé un banc de friction pour  mesurer la performance de leur lubrifiant. Pour la partie vélo,  une plaque métallique à la composition chimique très proche des revêtements de cassette est traitée avec le lubrifiant à tester.

Puis un frotteur représenté par une bille métallique de diamètre 5 mm vient exercer un effort de 3 newtons sur la plaque en mouvement rotatif ( cf photos ci dessous du banc). Une session de test dure 25000 cycles durant lequel l’évolution du coefficient de frottement de la bille sur la plaque est mesurée. D’après AFULUDINE un cycle représente l’équivalent d’un tour de pédalier, soit l’équivalent d’une sortie de 5 h si on tourne les jambes à 90 tr/min moy.

Me concernant j’ai suivi la procédure expliquée par AFULUDINE. La chaine doit être parfaitement dégraissée ( ultrason me concernant) avant d’être trempée dans la solution d’AFUPRIM au moins 5 h  et jusqu’a 8 h pour un résultat optimal d’accrochage des molécules sur la matière.

Ensuite il faut faire sécher la chaine ( j’ai laissé une nuit) jusqu’a obtenir un aspect blanc du produit. La chaine est ainsi prête à être installée sur le vélo où on peut appliquer le lubrifiant de son choix pour améliorer son rendement dans le temps. J’ai choisi UFO DRIP, produit référence dans la lubrification sèche.

Pour mon comparatif personnel j’ai utilisé mes 2 chaines Dura ace a l’usure identique ( inf à 0.5 à la mesure et 1000 à 1500  km chacune) . Leur performance en étant dégraissée ne semble pas donner de différence si on tente de mesurer une perte de rendement entre un pédalier SRM et un Elite Drivo 2 que j’utilise maintenant. Ce dernier est certifié +/- 0.5 % et je dois dire qu’un fois chaud ( 20 min minimum) et bien étalonné ,  il est redoutable de justesse comme le montre le tableau ci-dessous pour le test des 2 chaines DA sans lubrification. ( Test réalisé à 80 trmin 52×21 )

 

Ensuite une chaine a donc été traitée UFO et puis une autre UFO + AFUPRIM. J’ai utilisé chaque chaines sur 1H30 de sortie exterieur route par temps sec avant de les tester . 2 développements différents ont été utilisé pour voir le comportement de la chaine en version alignée sur 52×13 ou croisée sur 52×27. Le SRM était couplé sur un compteur PC8 et le Drivo sur un Garmin 130. On retrouve les 2 enregistrements SRM et DRIVO ci-dessous puis le tableau de récapitulatif des mesures.

On notera que le Drivo mesure un peu plus  de puissance que le SRM dans la version chaine alignée 52×13.En toute logique, j’aurai du obtenir les mêmes perte par friction qu’en 52×27 si on se base sur le tableau Friction fact entre le 13 et une fin de cassette…mais ce n’est pas le cas chez moi :

On note donc que sur 52×13 la chaine traitée UFO + AFU permet d’économiser 2.1 w moy entre SRM et DRIVO alors que la version UFO seulement 1.5 w. Sur 52X27, la différence se joue à 0.25 w prêt et avec si peu de mesures, il convient d’être très prudent sur les conclusions. Il faudrait multiplier les mesures pour faire une vraie étude statistique…ou comme je l’ai déja évoqué, les mesures de friction nécessiteraient du matériel de pointe à la tolérance à +/- 0.1 w pour être sur des résultats sur quelques mesures.

Concernant les données Afuludine et leur banc de mesure voici ce que l’on a: le premier graphique représente l’évolution du coefficient de frottement de 3 grands lubrifiants connus dans le monde du vélo que sont Squirt lub, Muc OFF nano et UFO DRIP. On peut comparer l’apport d’AFUPRIM en primaire d’adhérence par rapport à une version sans AFUPRIM.

Clairement ce produit semble améliorer le rendement dans le temps des 3 lubrifiants. On note que c’est Squirt qui se dégrade le plus vite alors qu’UFO DRIP est le meilleur.

Sur le deuxième graphique, on voit le comportement d’une huile bien connue du monde pro à savoir le Morgan blue. Clairement cette huile de moins bonne qualité se dégrade très vite dans le temps et obtient les moins bons coefficient de frottement des 2 tests mais l’apport d’AFUPRIM permet de la rendre plus performante quand même. On peut également constater que leur lubrification AFUBIKE serait assez performante, au niveau d’un Muc off Nano.

 

Ces 2 graphiques rejoignent les mesures de Jason Smith sur la détérioration dans le temps des huiles. Pour rappel,  il avait mesuré UFO Drip, Squirt Lub et Morgan blue. Après 90 min, seul l’UFO ne se détériorait pas alors que Squirt perdait 2.5 watts à 250 w et Morgan blue 4.5 w soit presque le double!

On comprends donc l’interêt d’utiliser des lubrifiants secs sur les chaines de vélo comme UFO Drip ou la gamme AFUBIKE, ils n’attrapent pas la poussière et le rendement de la chaine est prolongé. Les graphiques de test d’AFULUDINE montre que  le coefficient de frottement du Squirt est passé de 0.05 à 0.08 en fin de test alors que celui du Morgan blue est passé de 0.05 à 0.11, soit le double. On a donc une certaine similitude avec les conclusions de J.Smith, à savoir que le rendement de la chaine de vélo se dégrade bien deux fois plus sous Morgan blue qu’avec du Squirt.  On peut établir la même conclusion entre Squirt et UFO drip où ce dernier reste assez constant autour de 0.04 de coeficient de frottement chez Afuludine alors que le Squirt finit à 0.08. Tous les graphiques vont donc dans le même sens, je mesure de mon coté aussi  un petit gain,  on peut donc penser que leur solution apporte un réel plus dans la longévité du rendement d’une chaine. Bien sur on aimerait bien un test comparatif sur un banc de mesure comme celui de J.Smith. Reste l’aspect tenue du rendement par conditions humides. Dans le cas d’une association d’AFUPRIME avec un produit déja performant, on peut penser que la chaine le restera et sera même améliorée mais je n’ai pas fait de test de mon coté. Afuludine certifie que l’eau ne modifie pas la longévité du traitement.  Leurs solutions AFUBIKE ou AFUBIKE + AFUPRIM semblent très performantes sur le sec en tout cas. Ils sont de plus écologique, une autre très bonne raison de les essayer et encourager cette start up Française novatrice.

 

 

4 Comments

  1. Alain Gérard dit :

    Merci pour cet article très intéressant.
    Un commentaire sur l’interprétation des différences de puissance : le SRM mesurant la puissance au pédalier et le Drivo celle à l’axe de la roue, l’efficacité du lubrifiant devrait être liée à l’évolution de la différence entre les 2 puissances entre les cas sans et avec lubrifiant (la transmission idéale faisant que les 2 puissances sont égales). Théoriquement, la puissance du SRM devrait être supérieure à celle du Drivo (la chaîne dissipe de l’énergie). Or, ce n’est pas le cas pour 52×13. Avez-vous maintenu une vitesse identique entre le 52×13 et le 52×27 en jouant sur la résistance du Drivo ou l’axe AR a-t-il tourné plus vite avec le 52×27 ? (c’est peut-être sur les enregistrements mais je ne parviens pas à les agrandir suffisamment sur mon PC). Ce peut-être aussi simplement l’incertitude des appareils de mesure qui est supérieure aux différences constatées.
    Dans le cas 52×13, le lubrifiant diminue l’écart de puissance de -1.7 et -2.6 resp. pour les chaînes 1 et 2 à -1.3 et -2.2, soit un gain moyen de 0.4 W.
    Dans le cas 52×27, le gain est respectivement 0.5 W et 0 W pour les chaînes 1 et 2 , soit un gain moyen de 0.25 W.
    Donc difficile de transposer les mesures de coefficient de frottement d’Afuludine au cas réel.

    • Alban Lorenzini dit :

      Bonjour, l’article était en cours de finition et n’aurait pas du apparaitre si tôt. Les graphiques sont maintenant zoomables en cliquant dessus. Vous pourrez voir que j’ai bien maintenu la même cadence entre les 2 braquets. Mon expérience dans la friction a clairement montré que l’on ne peut pas détecter de si faible gain avec du matériel standard utilisé pour s’entrainer sans multiplier les mesures. Il faudrait un banc de mesure. Je suis certain de mon SRM, je pense que la gestion des résistances sur le Drivo modifie ou perturbe sa mesure de la puissance; je me suis aussi cassé les dents avec un powertap lors de mon test de l’UFO drip sur le terrain, là aussi il y avait des mesures incohérente depuis le powertap: http://cyclesetforme.blogspot.com/2017/09/test-lubrifiant-ceramicspeed-ufo-drip.html …donc oui on peut rien en conclure à part qu’on perds rien tout de même avec AFUPRIM. Pour ma part utiliser un produit sec et écologique performant, suffit à les encourager !

  2. Frederic F. dit :

    Bonsoir Alban,

    Merci pour cet article.

    Comme je souhaite tester ce produit, je souhaiterais approfondir l’utilisation. J’utilise le Squirt depuis quelques années maintenant et j’ai en effet constater surtout en été avec mon vélo route (c’est l’opposé pour le VTT et le Cyclo-Cross) que le produite perds rapidement de son efficacité : pour une transmission silencieuse et pour conserver une transmission fluide je dois faire un nettoyage complet tous les deux 2 à 3 sorties (dégraissage et lubrification) et une lubrification après chaque sortie après avoir essuyé la chaîne.

    J’ai donc plusieurs questions :
    1) Après avoir laissé notre chaîne trempée dans AFUprim est-il possible de ré-utiliser le liquide ou devenons le jeter ?
    2) Une fois la chaîne traitée à l’AFUprim + Squirt (ou autre) : quel est le meilleur processus pour entretenir la chaîne ensuite ?
    3) Comme tu utilises une machine à ultrason : tous les combien de kilomètres fais-tu un cycle de nettoyage ? c’est un peu hors sujet désolé…

    Merci pour tes conseils

    • Alban Lorenzini dit :

      Bonjour Fred, oui tu conserves ta solution Afuprim dans un bocal étanche, tu peux refaire le traitement plus de 30 x du moment que ta chaine est assez propre avant. A ce propos, Afuludine vends un nettoyant assez performant pour leur produit et les chaines c’est afured. Concernant l’entretien, si tu utilises un lubrifiant sec comme ufo drip, tu peux passer juste un coup de chiffon et en remettre tous les 300km. AU bout de 3x, je conseille de tout néttoyer et recommencer AFUprim + UFO drip; SI tu utilises un autre lubrifiant comme Squirt ou morgan blue qui encrasse, on voit bien sur les graphs qu’après 4 à 5 h de roulage, les lubrifiants ont beaucoup perdu, il faut tout refaire. AFUbike tient très bien aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *