Surcompensation et pic de forme
20 juin 2011
CORSICA !
7 juillet 2011
Salut à tous,
Dimanche 26 juin j’ai participé à la cyclosportive ‘ La Grand BO 2011 ‘. Depuis la Time et mon arrivée plutôt en fraicheur sur le moyen parcours j’avais comme idée de faire cette cyclo. La météo splendide annoncée finit par me décider et je me retrouve dimanche matin au Grand Bornand pour défier les 135 km et 3300 mD+ ( vérifiés) de la journée.Au programme la croix fry, le col des fleuries, le mont Saxonnex et le terrible enchainement col de Romme, Colombière.
 Je sais cette fois qu’il faudra me faire violence dans le final de la Colombière puisque mes sorties d’entrainements n’ont jamais dépassées les 120 km et 2500 mD+ cette année. La stratégie du jour est d’essayer de suivre les meilleurs jusqu’au pied du Mont Saxonnex. En effet la première partie de cette cyclo est plutôt ‘ ‘roulante’ et les pourcentages pas trop élevés sur les 82 premiers km de course et  1100mD+. Je retrouve au départ Eric Marguerat ( 2 ème de la Time megève 2008) qui reprends un dossard après 2 ans sans cyclo ( opération du genou).

 Juste devant moi je reconnais plusieurs habitués des podiums comme Nicolas Roux et Ougier, Laby ..on a déjà une bonne idée des premiers.   A 8 h c’est le départ pour les 500 inscrits et on fait un tour de village neutralisé avant de prendre la direction de la Croix Fry par la Clusaz. Les 10 premières minutes sont tranquilles jusqu’à l’entrée de la Clusaz. Ensuite le rythme s’accélère progressivement et le col se monte par à coup .Il faut me sortir 9min@ 305 watts puis 6min@315 watts puis enfin 3min@330watts. Heureusement qu’il y avait quelques replats pour récupérer. Bref au sommet de la Croix Fry je bascule avec le groupe de tête de 25 ( à l’arrière tout de même). La descente se fait  avec sérénité puisqu’il y a pas trop de monde avec moi et je peux choisir mes trajectoires sans prendre de risques. Une fois sortie de Thônes le rythme n’est vraiment pas rapide en direction de Naves et un peloton d’une soixantaine d’unité se forme. Dans les petites routes jusqu’à Thorens, on alterne passage à bloc dans les courtes bosses et moment de récup. Je tiens le choc même si pas mal de pic de 2 min@365 watts  ne sont jamais bien bon pour l’économie d’énergie ! Je suis content de bien supporter, mes entrainements Gimenez n’y sont pas étranger je pense. Passé Thorens-Glières  on attaque le col des Fleuries présentant pas trop de longueur ni de pente. Le début est vraiment tranquille puis les coursiers qui vont bientôt bifurquer sur le petit parcours accélèrent. Cette fois je suis à bloc et il me faut sortir 310 w sur 11 min pour rester au contact des roues même si je vais un peu l’élastique sur la fin. 
Au sommet je suis à sec d’eau et je m’arrête vite fait au premier ravito. Evidemment je perds une bonne partie du groupe et j’ai bien du mal à revenir dans la descente puisque je ne connais pas du tout la route. Une fois en bas à la Roche, je suis toujours à 200 m du groupe qui roule bien cette fois. Je vais devoir me faire la peau pour revenir. Après 5 min d’effort un concurrent me reprend et calé dans sa roue il me ramène sur le groupe. 9 min@296wnP au total, pas cool mon arrêt ravito…A saint Pierre en Fauciny c’est la bifurcation entre grand et petit parcours et on se retrouve plus que 25 devant. Je suis bien entouré et je vois bien que les cadors attendent le Mont Saxonnex pour commencer les explications. Mon compagnon du jour Eric est toujours là aussi. Même après 2 ans d’arrêt et une petite reprise  il a encore les jambes ! Plus personne ne roule vraiment et les 15 min suivantes se passent à seulement 100 watts moyen mais à 39km/h tout de même au milieu du groupe pour passer le secteur de Bonneville. Arrivé à Thuet cela se précise et tout de suite la route s’élève. Cette fois  on rentre dans le vif du sujet, cette cyclo se transforme en vrai épreuve de montagne avec 0 mètre de plat pour finir les 55 derniers km et 1900 mD+ ! Je passe en mode régulation à 290 watt et laisse partir la tête de course. J’ai un peu de mal à retrouver des sensations après ce début de cyclo plutôt mouvementé. L’analyse du profil de puissance m’indique 30 min passées entre 340 et 440 watts depuis 2h20. En comparaison à la Time je passe seulement 12 min sur 3h30 de course dans cette plage. Normal d’avoir les jambes un peu dure ! Je me retrouve dernier du groupe et Eric me prends rapidement 200 m avec 5 autres gars. Puis à mi pente je reviens sur un puis deux et finalement sur Eric qui ont un peu ralentit sur la fin. Je suis même plutôt bien sur le final et boucle cette grimpée en 25min@285 watts. Arrêt ravito pour tout le monde au sommet où il est temps de remplir les bidons, la chaleur s’accentue et le col de Romme et ses pourcentages au dessus de 10 % se profile. La descente est rendu dangereuse avec 1 km de gravillons fraichement posé mais l’organisation et la signalisation sont impeccables. Des signaleurs bien présents aux endroits stratégiques nous font ralentir. 3 km plus tard un mur se dresse devant nous. 
On y est ! Je tombe le 34*27 immédiatement et Eric se demande avec son 39*27 s’il ne va pas le regretter. Les 10 premières minutes sont terribles et même à 290 watts maintenu je suis scotché à 11km/h malgré mes 62 kg…Eric prends le large et je commence sérieusement à piocher. La chaleur devient écrasante et le SRM indique 30 °C. A 11 km/h et plein soleil  faut pas espérer se rafraichir par son propre vent. A mi-col le passage dans Nancy sur Cluses permet de souffler un peu en roulant à 17 km/h pendant 2min 30 précis ! Puis la pente repart de plus belle et les 4 derniers km se font à 10 %.  Cette fois je suis dans le dur et je dois m’arracher pour maintenir 266 watts sur cette portion. Malgré tout je reprends quelques cyclistes qui bloqués sur le 39*25 force depuis trop longtemps. Mon 34*27 m’aura permis de maintenir 77 de cadence moy, très raisonnable pour un col pareil ! Au sommet c’est la délivrance, je finis en 41 min les 815 mD+ @270wmoy. Cela me fait encore une vitesse ascensionnelle de 1200 m/h, correcte. Au sommet je prends du temps pour bien manger, remplir mes 2 bidons (un pour m’arroser dans la colombière) et faire un arrêt pipi ( impossible de se retenir plus longtemps). Du coup j’y laisse 1min30 et voit me repasser les 3 ou 4 cyclistes si péniblement doublés… La descente est plus longue que je pensais et la remise en route au reposoir est laborieuse… Cette fois ce n’est pas la même qu’il y a 15 jours sur la Time. Après 3h45 de course et un beau 263 wNP maintenu, je suis obligé de monter à l’arrache. Dès que je dépasse 250w j’explose. C’est conforme à ce que je pensais ceci dit ! La route est plein sud et il n’y a pas beaucoup d’ombre. Le SRM indique jusqu’à 36 °C. Heureusement je m’asperge régulièrement pour me rafraichir, ça me fait un bien fou. J’alterne beaucoup danseuse et assis mais sens venir une crampe sur l’arrière du quadriceps droit. Je finis par reprendre les cyclistes qui m’avaient doublés pendant mon arrêt ravito. Tout le monde est dans le dur et la différence se fait à 0.3 km/h prêt.. Après 34 min et 251 watts c’est la délivrance, je bascule sur le grand bo en top 20 d’après un signaleur. 
15 seconde derrière moi, un concurrent qui a eu aussi son classement veut prendre ma place et fait la descente. Du coup je suis obligé de continuer mon effort pour sauver cette place. A l’arrivée mauvaise surprise le parcours nous fait ressortir du grand bo avant d’y revenir. Du coup il me faut refaire 3 min @ 270 watts en fin pour conserver ma place. 50 m avant la ligne c’est l’effort de trop et mon quadriceps se bloque net, c’est la crampe..je place la ligne la jambe tendu tétanisée. Je ne bouge plus pendant 3 min…Eric est arrivé 4 min avant moi et me colle 7 places.
 Beau retour ! La tête de course me prends 22 min sur 1900 mD+, un autre monde…Me concernant je suis content de ma course. De bons  watts au début et une bonne gestion sur la fin avec la puissance et mes braquets de moulinette. Je pense avoir retardé l’apparition des crampes au maximum. Le repas qui suit à l’office des sports est vraiment bon. J ‘en profite pour faire la connaissance d’Ivan ( webmaster bien sympa du fameux VO2cycling) et cela clos une bien belle journée. Le parcours était vraiment bien ( routes souvent tranquilles et adaptées  à une cyclo) et l’organisation au top . Bref une petite cyclo qui n’a pas à rougir de sa concurrente de Megève. Je pense y revenir l’année prochaine avec cette fois une prépa me permettant de ne pas faiblir dans la Colombière.

8 Comments

  1. Pascal Mathis dit :

    Salut Alban,

    Et ben voilà, bravo.

    Vous avez dû avoir bien chaud au pied de Romme, le long de la roche.

    La bascule de la Colombière, ça soulage quand même, hein …

    Pascal

  2. Alban dit :

    Salut Pascal,

    ça a commencé à bien chauffer dans Romme mais c'est resté supportable finalement. 6°c de plus dans la colombiere ( 36°c) là oui ça tapait !! Effectivement la descente encore à l'ombre de Romme a bien rafraîchi avant le four!
    A bientôt
    Alban

  3. Anonymous dit :

    Salut Alban,

    Heureux d'avoir fait ta connaissance !!!

    Maintenant j'ai l'image et le son Vosgiens 🙂

    A tout bientôt sur les routes !!!

    Ivan

  4. Alban dit :

    Salut Ivan,

    Ton site comme pour beaucoup a été une source d'inspiration importante pour moi quand j'ai commencé à m’intéresser à l'entrainement. Vraiment content d'avoir vu le maître!
    A bientôt
    Alban

  5. jef dit :

    Salut Alban,
    J'ai lu avec attention ton récit de ta course et me rappelle de toi pour t'avoir suivi jusqu'au pied des Fleuries. Lors de l'accélération de 2ème km, je n'ai pas cherché à suivre de peur d'exploser en vol. De ce fait, j'ai pu tenir 293W dans Saxonnnex, 298W dans Romme et 285W dans le Colombière et passer ainsi de la 30ème place à Nancy à la 18ème place pour finir (tu te souviens peut-être d'un maillot Briko jaune et noir qui a du passer dans la fin du col de Romme dossard 127). Les puissances annoncées tiennent compte de mon poids de 69kg d'où des temps quasi équivalents aux tiens. Même profil de course dans la Time où j'ai laissé partir les cadors dans la Colombière pour bien finir dans la Croix Fry et la fin des Aravis (dossard 31).
    J'habite en Chartreuse et je teste souvent ce genre de parcours sur des cols équivalents. A nos ages avancés (:-) (j'ai 38 ans) et à moins de s'appeler Ougier, Roux ou Chavent cette stratégie peut être payante.
    Félicitations pour ton blog et au plaisir de te retrouver sur une prochaine cyclo
    JF GONNARD

  6. Alban dit :

    Salut Jef,

    Merci pour ton message et bravo pour ta place ! Je me souviens pas spécialement du 127 mais tu as du me doubler certainement après le ravito de Romme? J’ai par contre souvenir d’un cycliste avec un powertap et un maillot jaune et noir après Thones c’est ça ? Sage décision en tout cas d’avoir temporisé dans le col des Fleuries, effectivement j’ai pas mal pioché pour suivre les nombreuses accélérations à la fin de celui-là et dans les petites bosses avant. C’est pour ça d’ailleurs que je parle en Watt Normalisé sur la première partie de course. Comme c’était ma première grand bo, je ne connaissais pas du tout le parcours ( sauf Croix fry et Colombière, normal !). Pas facile dans ces cas là de sentir à quel moment on peut se permettre de temporiser ou pas. Donc par défaut je voulais accrocher la tête de course jusqu'à la bifurcation des circuits. J’ai vu que tu finis 11 à la Time. Bravo aussi ! Il y avait un bon petit niveau sur cette grand bo finalement !Surtout que la dénivelé était plus importante que prévue. Eric m’a envoyé son fichier polar indiquant 3300 mD+. Je comprends mieux pourquoi j’ai coincé dans la Colombière !
    Au plaisir de discuter puissance et autre sur une future cyclo, as-tu déjà un prochain objectif ?
    A+
    Alban

  7. jef dit :

    Je n'ai pas d'"enregistreur" de puissance sur le vélo. C'est seulement par une formule mathématique que je déduis la puissance moyenne a posteriori. Ces valeurs correspondent bien au test d'effort de mars qui donnait PMA 380W aussi. J'essaye de travailler aux sensations sur le vélo (j'ai juste un compteur sigma rox 9.0) car j'ai fait des sorties avec un ami qui se calait sur son powertap et qui finissait souvent en trombe ou à l'arrache pour essayer de tenir ses objectifs. J'y viendrai peut-être un jour.
    Je descends à Nice par Porte, Lautaret, Izoard, Bonnette, Varce et St Martin ce week-end (8000m D+) 350 km en 2 jours et je devrai faire la serre che après avec un super col pour finir : le granon (Romme et Colombière font pâle figure à côté). D'autant plus qu'il arrive après Lautaret, Galibier aller, Galibier retour bref que du bon… bien "géré" l'an passé (sans le galibier mais avec l'izoard)
    Félicitation pour votre double perf à la Time et à bientôt peut-être
    jef

  8. Alban dit :

    En effet en connaissant précisément ton poids d'ensemble+dénivellé+distance et chrono ont obtient des résultats assez réaliste.Surtout dans Saxonnex, Romme, la Colombière où la pente importante évite toute dérive du à l'aérodynamisme. En plus Dimanche il y avait pas beaucoup de vent pour faussé le calcul! Bonne serre che, je connais bien le coin.Le Granon va être terrible après le double Galibier mais je vois que tu vas te préparer comme il faut!
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *