Tempo / Sweet Spot oui ou non ?
9 décembre 2021
Test selle Specialized S-Works Romin EVO Mirror
4 mars 2022

Bonjour à tous,

J’ai réalisé ces derniers temps des tests de lubrifiants pour un fabricant ( confidentialité) avec une sévérisation extreme par contaminants. Inspiré par l’australien Adam Kerin ( zero friction cycling) en utilisant du sable fin et de la pulvérisation d’eau sur les chaines, j’ai pu constaté l’encrassement plus ou moins rapide selon le lubrifiant utilisé.

Le protocole a été le suivant: 3 g de sable fin ( 0.1 mm) d’aquarium rempli dans un petit entonnoir et réparti ensuite sur une chaine tournante.

Exemple de contamination sur ce lien https://youtu.be/3sAGpNICwA8

Le lubrifiant référence choisi a été le Silca Secret Chain en mode wax à faire fondre ( parafine + thungsten) et les chaines ont été des dura ace HG901.

Ce lubrifiant ressortait comme le meilleur a résister à la contamination extreme chez Adam Kerin en produisant les usures de chaines les plus faible jamais vu dans ces tests ( barre verte ci dessous) .

De plus lors d’un essai chez TOUR de lubrifiants avec utilisation d’un banc de puissance en Full tension, c’est ce produit qui  a obtenu le meilleur rendement.

Sur un banc avec dérailleur, l’UFO 2 reste le plus rapide et les pertes par friction à 250 w 90 trmin sont les suivantes ( source zéro friction cycling)

Watts moyennés de 5 h de tests:  (20m,1,2,3,4,5 h):  UFO Drip v2 2,93 w/AB graphen 3,10 w/ Smoove 3,42 w /SILCA S Secret 3,82 w/ Squirt 4,04 w Grax 4,56 w /DRYFLUID 5,80w .

Bien sur c’est en condition labo et sans un protocole de contamination, donc plutôt pour une route en très bon état et peu de poussières.  Le Produit Silca reste en tout cas très performant selon les 2 protocoles de mesures.

Comme avant chaque test ou lubrification de chaines neuves, il convient d’enlever la graisse d’usine qui est très collante et engendre des pertes de rendements rapides. Un bain dans du pétrole désaromatisé ou une machine à ultrason + dégraissant spécifique sera encore mieux. Puis un rinçage à l’acétone ou alcool dénaturé 99 % finira d’enlever les derniers dépots graisseux.

Après séchage , la chaine sera ensuite fixée sur une tringle métallique afin d’être plongée dans le sachet, lui même chauffé en mode bain marie dans une casserole. Sinon il est possible de sacrifier une casserole et mettre les billes de cire à fondre directement dedans comme le réalise SIlca ici

Après 5 min de trempage, Il conviendra dégouter la chaine au dessus du sachet voir d’éponger le surplus sur un papier absorbant avant que la cire ne refige. Cela permettra de faire un point moins de coupeaux de cire dès les premiers tours de manivelles.

La chaine est ensuite installée sur le vélo, rodé pour enlever les excédents de cire puis contaminée  et la manipulation est aussi recommencée pour le lubrifiant huileux avec la deuxième chaine ( photo ci dessous ).

Après 3 h de sortie extérieur dans des conditions sèches, le résultat est spectaculaire pour la chaine avec le Secret chain. Cette dernière parait neuve, aucune trace de sable et de salissure. A l’inverse la  chaine huileuse est toute noire et le sable est bien présent à l’intérieur des maillons. Peu de doute au roulage, la Chine Silca était silencieuse et l’autre produisait un bruit infame.

Le test avec  sable + pulvérisation 1.25 l d’eau sur 8 min manivelle tournante a été recommencé avec 4 chaines + 4 lubrifiants.

Je vous laisse deviner où se situe la chaine Silca:

 

Cette mission m’a permis de me rendre compte de l’efficacité de la cire en mode immersion. Le gros avantage est qu’il est possible après un simple nettoyage par chiffon, de replonger la chaine dans le bain de cire fondue une fois  200 à 300 km réalisés. Le mélange chaud va faire fondre la cire salie et embarquer les saletés au fond de la casserole. Après 3 à 4 min de trempage, la chaine resort propre et totalement relubrifiée. Le cout à l’utilisation est remarquable aussi d’après ZFC. Une bien belle découverte ! L’avenir est au lubrifiant sec, nul doute !

22 Comments

  1. Michel dit :

    Bonjour Alban,

    Toujours au top pour tes tests merci.
    J’ai acheté l’UFO 2 en remplacement de la version 1. J’ai constaté qu’il est plus facile à appliquer mais j’ai cependant l’impression qu’il contamine plus la chaine que l’ancien.
    Le Silca est-il aussi ou plus performant que le UFO 2 ?

    • Alban Lorenzini dit :

      Si l’ufo 2 est bien appliqué il reste le plus rapide des lubrifiants. Par contre oui je confirme, il encrasse un peu plus que l’ancien. Question entretien et durée de vie, la Silca est mieux.

  2. PICAVET Cyril dit :

    Bonjour Alban, excellent test, effectivement la cire et les lubrifiant sec dans leur ensemble semble être l’avenir mais la mise reste tout même fastidieuse surtout si l’opération est à renouveler au bout de 200 à 300km moi qui roule entre 400 et 500 km/semaine ça voudrait dire qu’il faudrait que je démonte ma chaîne 1 à 2 fois/semaine pour faire faire trampette à la chaîne dans la cire…
    Ou alors il faudrait que j’investisse dans 1 ou 2 chaînes supplémentaires pour switcher quand il y a besoin. Pas sûr de la rentabilité de l’opération ?

    • Alban Lorenzini dit :

      Le switche me semble très interessant avec seulement 2 chaines ou prendre la version Liquide de cette cire qui est testé juste derrière ( secret chain lube) sur le test allemand. Elle s’applique comme un lubrifiant classique mais va encrasser un peu plus vite tout de même que la version wax en bille. ça reste plus pratique par contre à la mise en place.

  3. Valentin dit :

    Bonjour Alban, merci pour tes tests et articles toujours très instructifs. Je suis tenté de passer au lubrifiant sec avec une solution de switch sur deux chaînes comme évoqué plus haut, je me pose juste la question de l’attache rapide. Doit-on la renouveler à chaque changement de chaîne comme préconisé par les fabricants ou cette recommandation de leur part est-elle a but commerciale ou de déresponsabilisation en cas de problème?

    • Alban Lorenzini dit :

      LEs Shimano sont vraiment costaud, tu peux les réutiliser 10 X sans aucun soucis, les sram me paraissent se dégrader plus vite ( 5 changements max).

  4. Jeff Hecker dit :

    Bonjour Alban

    Toujours dans la marque Silca, as-tu un retour sur le Synergetic Wet Lube ?
    Un lubrifiant gras à utiliser au compte-goutte

    jeff

    https://silca.cc/products/synergetic-wet-lube

  5. philippe dit :

    bonjour alban
    quel lubrifiant simple à utiliser conseille tu en dehors des cires sur le point rapport qualitré /prix?
    CeramicSpeed Revêtement pour Chaîne UFO Drip Chain Coating
    ou
    silca SYNERGETIC WET LUBE
    ou autres.
    je met actuellement de l’huile morgan blue race oil

    • Alban Lorenzini dit :

      BOnjour, clairement tout sauf du morgan blue…c’est un pot de colle infame et noircie très vite. pour les conditions difficiles et humide, le synergetic sera top oui. POur le rendement max et les conditions plutôt seches aux beaux jours ( même s’il convient avec un peu d’humidité) l’UFO 2. SInon tu as la version SIlca wax secret lub en application direct sur la chaine qui est très bien aussi et peu faire l’affaire en hiver.

  6. philippe dit :

    merci alban
    je vais prendre la silca SYNERGETIC WET LUBE qui m’a l’air d’etre simple à appliquer tous les 800 km ou si sortie humide.

  7. CLARET dit :

    Bonjour on ne voit plus le squirt dans les tests, pourtant la formule n’a pas changée semble t il depuis des années, les autres se sont améliorés ou bien tout simplement il n’est plus testé ?

    • Alban Lorenzini dit :

      Le squirt fait parti des bons lubrifiants, son test est très vieux, je vais pas le refaire encore une fois. Il est régulierement dans les tableaux comparatifs que j’utilise dans mes tests d’autres lubrifiants

  8. Frédéric dit :

    Bonjour Alban, merci pour vos articles toujours aussi intéressants et instructifs. Je comprends à travers vos différentes analyses qu’un lubrifiant sur base huile tel que le Silca Synergetic reste la seule option réellement adaptée avec une épreuve d’ultra cyclisme, dans la mesure où il faudra recharger après les 300 ou 400 premiers km au mieux, et que tous les produits à base de cire nécessitent un temps de séchage de plusieurs heures après application pour être réellement efficaces. Ou bien ai-je raté quelque chose ? Quelle serait votre solution optimale pour 1000km ou plus ?

    • Alban Lorenzini dit :

      Tu peux recharger en squirt tous les 200 km, tu essuis avec un chiffon et remet du squirt, 5 min plus tard tu peux repartir mais si 5 min est encore trop long, le Silca synergetic est un super passe partout et facile d’application.

      • Frédéric dit :

        Merci !! Est-il impératif de partir avec une chaine déjà squirtée, ou bien bien est-ce qu’il serait intéressant de partir avec une chaine en Silca Secret Chain Hot Wax pour être tranquille les 400/500 premiers km, puis ensuite de squirter tous les 200 km ?
        Le Squirt supporte mieux qu’un produit comme Super Secret Chain Lube la réduction du temps de séchage ? Idem pour UFO Drip ? (C’est ce que je crois comprendre sur les sites des fabriquants mais personne ne détaille vraiment formellement les conséquences d’un redépart proche ou immédiat…)

        • Alban Lorenzini dit :

          cela devient trop technique et du très spécifiques. Demandez à Silca leur avis serait le mieux 😉

          • Frédéric dit :

            Bonjour Alban, pour conclure ma question originelle concernant une solution de lubrification sur 1000 km, en partant avec une chaîne traitée au Hot Melt Wax, je partage la réponse obtenue de Silca. Tout d’abord, ils confirment qu’il serait très difficile de pousser de 500 à 1000 km avec Secret Chain Blend sans observer de temps de séchage. Logiquement, ils ne répondent pas sur la question du passage au Squirt, un produit concurrent. Mais ils disent qu’on peut obtenir une très bonne lubrification en appliquant leur Synergetic à base d’huile au delà des 500 premiers km, en essuyant l’excès sur la surface de la chaîne. Et bien entendu il faudra bien « décaper » la chaîne ensuite avant d’envisager de repasser sur Le Hot Melt Wax.

          • Alban Lorenzini dit :

            C’est un challenge sans assistance? avoir une deuxième chaine waxée secret chain blend ? sinon oui partir sur du synergetic, essuyer et relubrifier.

  9. Boub's dit :

    Bonjour Alban, je suis un peu perdu avec tous ces tests !
    Conseilles tu toujours l’utilisation des produits Winsleek (le primaire) ou seul le Silca suffit ?

    • Alban Lorenzini dit :

      Bonjour, le primaire + winlub reste une bonne option passe partout. Le rendement reste bon même sous la contamination grâce au traitement avec le primaire. Cela demande de l’entretien régulier et un nettoyage impeccable. On reste sur une option qui noircie la chaine. Les solutions à base de wax liquide qui s’évaporent ou wax à faire fondre sont plus facile en entretien. Mais c’est plutôt recommandé pour des conditions sèches ou légèrement humide. un produit wet ou Win lub reste à privilegier sous de bonnes pluies.

    • Frédéric dit :

      Oui, même en mode solo, il reste aussi cette possibilité de remplacer la chaîne en arrivant à la base de vie des 500 km (ça fonctionne s’il fait un temps sec, 500km étant un peu la limite du hot Wax en conditions idéales).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *