Largeur de roue: où va t’on en roulement et aérodynamisme ?
8 octobre 2020

Bonjour à tous,

La recherche sur le roulement continue d’évoluer avec l’apparition de nouvelles chambres à air TPU chez Schwalbe et Revoloop. Ces dernières se veulent super légères, résistantes et comptent proposer une meilleure alternative aux chambres à Air Latex et Butyl actuelles. Des tests de roulements + crevaisons sont maintenant disponibles chez TOUR et Aérocoach pour aider à se faire un avis plus précis.

Le numéro de Juillet 2020 a permis de tester les Revoloop et les Tubolito vs Latex et Butyl sur la machine de roulement de TOUR ( oscillateur ) simulant un béton lisse avec 35 kmh de vitesse et 85 kg de coureur + vélo. Ils ont aussi testé la résistance à la crevaison avec une pointe de 2 mm de diamètre perforant le pneu en mesurant la force nécessaire et distance parcourue par le mandrin avant éclatement.

Bon point pour ces nouvelles chambres à air, la résistance à la perforation semble importante avec des bons résultats pour les versions ‘ épaisses ‘ 38 et 41 g chez Révoloop et Tubolito. Il faudra donc 33 Newton et 9.1 mm d’allongement pour que la pointe perfore la Tubolito. Les chambres à air latex n’y sont pas représentées car le test n’était pas assez puissant pour les faire céder de part leur matière très extensible ( si j’ai bien compris).

CI-dessous on retrouve le roulement à 35 kmh avec 85 kg de poids ainsi qu’une simulation à l’impact  ( issu et compréhension de la traduction) :  ‘ Résistance à la percée avec une guillotine en utilisant un tuyau d’un diamètre de 20 millimètres comme impacteur ‘. On peut donc penser à une simulation de passage de la roue sur un trou dans la chaussée. Plus la bande est longue et plus la résistance est élevée ( chambre à air gonflée à 7 b et sous un pneu PRO ONE) . J’avoue avoir un petit doute sur la compréhension exacte du protocole de test employé..

 

Pour le roulement, les nouvelles Revoloop consomment 15.9 w que se soit en version 22 ou 38 g soit 0.8 w de plus qu’une chambre Latex. C’est assez étonnant que le résultat soit identique entre ces 2 versions. Entre une Tubolito 22 g et 41 g, on a 0.7 w de différence, entre une chambre à air latex de 65 g vs 85 g c’est 0.2 à 0.3 w de gain, il semblerait logique d’avoir une amélioration du roulement chez Revoloop sur la version ultra race. Peut être une erreur de mesure ou renseignement de données chez Tour.
Au niveau résistance à l’impact, c’est décevant pour l’ultra race  22 g par rapport au prix de vente. A 29 euros je ne suis certain pas de vouloir tenter l’expérience, éventuellement essayer la version race 38 g un peu plus costaud. Ces chambres à Air semblent plus fragile que les Tubolito , et on a eu suffisamment de retours négatifs sur mon article des Tubo pour leur fiabilité.  A voir aussi question confort d’utilisation, les Tubo étaient vraiment pas terribles pour le confort, cela engendrait des vibrations plus importantes que les chambres à air butyl, il fallait donc baisser la pression donc le roulement pour avoir de l’acceptable. Les Aérothan semblent bien question confort avec le test disponible ici mais gros soucis pour la réparation…

Le test Aérocoach confirme le roulement des Revoloop ultrarace ainsi que les différences entre chambres latex trouvées par TOUR. Avec 28.2 w mesurés à 45 kmh pour les ultrarace, c’est 1w plus élevé  que les Vittoria 65 g. 45kmh/35kmh  = ratio de 1.28 . On retrouverait donc bien 0.7 w de différence à 35 kmh chez Aérocoah. Pour ceux qui veulent faire des estimations de roulement pour leur vitesse de déplacement, l’augmentation de roulement ( crr) est proportionnel et sans dérive jusqu’a à 60 kmh.

Les nouvelles Aérothan de Schwalbe ne sont pas très loin de Reveloop en roulement. A valider si confort et résistance dans le temps sont meilleures que les Tubolito, si c’est le cas Aerothann ou Reveloop pourraient être une option pour ceux qui veulent essayer ces nouvelles chambres. Concernant la tenue à la pression, même si le latex perds 1 b sous 24 h comme démontré par Bicyclerollingresistance, les Tubo perdent un peu aussi, à valider avec les autres  TPU.

Pour la pure performance,  ces TPU ne révolutionnent en rien le roulement pneus. Les tests de roulement disponibles ont été réalisé sur des surfaces lisses, si le TPU vibre d’avantage sur bitume rugueux que le latex, il y a fort à parier que le décrochage du rendement (impédance expliqué lors de mon précèdent article) arrive plus tôt en TPU qu’en Latex. Le roulement et confort maximal sont donc toujours pour le latex. Et avec les roues disques c’est un choix qui se justifie doublement puisque le risque d’éclatement par échauffement de la jante est nul pour cette matière vs un freinage patins. Ensuite mon choix est toujours porté sur le Butyflex des Panaracer R’air. Avec 65 g, un roulement identique au Maxxis light 53 g , un confort entre butyl et latex et surtout un prix de 9 euros, difficile de trouver meilleur compromis et gagnante du test Roadbike en 2019. Matière très extensible pouvant se choisir en version 23 mm pour des pneus de 25 mm.

 

Concernant la lubrification et friction des chaines de vélo, quelques nouveaux produits semblent intéressants sur la méthodologie d’application ainsi que l’usure de la chaine en condition extrême. Il semblerait que le principe d’immersion se développe et donne de très bons résultats. C’est avec le nouveau Graphene Lub d’Absolute black que cette méthodologie a été appliqué en premier et expliqué ici. Globalement il faut utiliser une chaine neuve et bien dégraisser le produit d’usine avec différents bains ( vidéo assez utile et permettant de se passer efficacement d’une machine ultrason pour ceux qui n’en ont pas). Puis se servir d’un sachet plastique costaud type congélation pour mélanger la chaine avec le  produit en mode saturation, puis remettre le surplus de produit dans la bouteille.

Cette méthode me semble très intéressante ( si le produit le permet) pour éviter toute erreur de process car on ne sait jamais si les lubrifiants arrivent à atteindre tous les maillons de la chaine à 100 %. Un produit comme l’UFO drip peut rapidement être mal utilisé: il faut une chaine à bonne température ( 20/25 degrés) idem pour l’UFO. Sinon il va figer très vite en étant froid et n’ira pas assez profond en restant en surface ou alors être trop liquide si trop chaud et ne pas adhéré du tout… la version 2 arrive et devrait corriger tout cela d’après son concepteur, Jason Smith,  avec qui j’ai échangé dernièrement.

Les résultats communiqués par Absolute Black sont à prendre avec des pincettes. La chaine et le benchmark comparatif de friction vs temps en conditions labo a été réalisé avec le banc d’essai Wheel Energy . C’est un banc en mode full tension, c’est à dire sans dérailleur et donc sans le fameux ‘ slacking effect ‘ dont j’ai suffisamment parlé ici. 

Il est donc très difficile de conclure une nouvelle fois sur une valeur fiable ‘ terrain’ surtout quand je vois ce genre de graphique avec des courbes de friction qui partent dans tous les sens pour une charge de 250w

La marque Rex a fait aussi appel à Wheel Energy et soit disant la même méthode pour son dernier lubrifiant ( black Diamond) avec cette fois 300 km simulés sous 175w ( trop faible ? ). Des résultats avec  des courbes de comportements bien différent pour des lubrifiants présent dans les 2 tests ( UFO, Squirt..)….donc de quoi se perdre…

Alors qu’en penser ? à vrai dire rien…après de longues discussions avec Adam Kerin, le responsable du site indépendant Australien Zero friction cycling, les résultats de friction avec un banc de mesure possédant un dérailleur sont ceux qui peuvent se rapprocher de la réalité ( en condition propre) et donc les précédents résultats ne sont pas exploitable. On devrait plutôt avoir des courbes  comme celle ci dessous sans contamination:

 

Bien sur les produit UFO semblent les meilleurs puisque issu de leurs essais mais nous allons voir pourquoi on peut y croire avec l’aide des essais menés par ZFC. Avant cela on notera tout l’intérêt de dégraisser les chaines de leur lubrifiant d’origine, notamment les SRAM.  Une DA HG 901 testée directement en sortie de boite ne descend pas sous 6.7 w de friction ( courbe grise) alors qu’elle approche les 3.7 w  dégraissée + traitée UFO ( courbe petits pointillés rouge).

Adam Kerin fait des mesures d’usures de chaines en fonction de différentes simulations d’utilisations.  Grace à son banc de mesure, il entraîne le pédalier avec un moteur déporté et simule 250 w de résistance grâce  à un home-trainer tacx NEO .

Une chaine Ultegra 11v neuve est totalement dégraissée puis lubrifiée selon la méthodogie indiquée par le fabricant. Il simule des parcours plat et montagneux en changeant la position de la chaine sur la cassette. Il relubrifie tous les 400 km ( 200 km montagneux)  pour les tests en conditions séches et 200 km ( 100 km montagneux) en conditions humide, contaminées. Sauf si le fabricant indique que des relubrifications plus rapprochées sont nécessaires comme UFO ou TT race lub.  Le protocole de test dure 6000 km et propose différentes simulations tous les 1000 km. Le premier block est un test sec en condition labo ou route super propre  puis l’usure de la chaine est mesuré. Le test suivant est l’ajout de 5 g de sable + poussière…ainsi de suite..On peut retrouver toute sa méthodologie ainsi que des explications très qualitatives sur les 3 types de frictions ( abrasive, static et visqueuse) que l’on rencontre sur une chaine et les lubrifiants  ici . 

Suivant la performance des lubrifiants à son test, les chaines atteindront plus ou moins vite les 0.5  % d’élongation ( 100 % wear) , valeur préconisée de remplacement pour conserver des changements de vitesses optimaux, conserver du rendement  et préserver l’usure de la cassette + plateaux. Ses tableaux de résultats détaillés permettent à chacun de choisir son lubrifiant en fonction de sa pratique. Un VTTiste utilisera surtout les résultats avec contaminations extrêmes. Moi qui roule peu sous la pluie, je n’attarderai plutôt sur le résultat du bloc 2 : contamination poussières par conditions séches.

Les résultats sont très bons pour les derniers lubrifiants sec type UFO, TT All weather, race lub, Silca secret lub et catastrophique pour les produits Muc off. La chaine est usée en moins de 1000 km avec leur fameux Nano lub ou Hydrodynamic lub…

Un produit comme le TT race lub permettrait de faire plus de 20000 km sous 250 w de charge avant d’atteindre les 0.5 % d’usure de la chaine !

Bien sur il faudra compter sur le cout du lubrifiant car une chaine coute 38 euros et une bouteille de TT race lub coute 18 euros alors si on lubrifie avec 10ml tous les 150 km préconisé, cela peut couter cher:

Cela dit son extrême performance par condition sèche et ses capacités à laisser la chaine propre ont piqué ma curiosité. J’ai essayé pendant 2000 Km ce nouveau lubrifiant à base de Tungsten.

La promesse est d’atteindre des niveaux d’usure et de friction plus faible que tous les autres. L’application est meilleur que l’UFO avec une viscosité plus stable et utilisable dès 18 degrés. Question propreté je n’ai pas été déçu avec une chaine parfaitement propre, encrassant encore moins que l’UFO drip par conditions sèches, photo après 150 km:

La photo de ZFC après 1000 km:

Une chaine traitée Muc off Nano: les utilisateurs de produits Mucoff reconnaitront sans problème ( C3, hydro, NAno) :

 

Pour la friction, j’ai tenté une petite mesure de déperdition entre  mon SRM ( +/- 1 %)  et le capteur de puissance du DRIVO 2 ( +/- 0.5 %).  Ayant les données de friction d’une chaine HG 901 sortie de boite vs UFO ( 3 w à 250w) , j’ai donc acheté deux chaines DA HG901pour faire le même comparatif mais en remplaçant l’UFO par le TT race lube. J’ai souvent eu du mal à mettre en avant la friction et des résultats fiables ..la précision des appareils de mesures ( +/- 1% à 250 w = 2.5 w )  étant déja dans le résultat de friction recherché …mais en multipliant les mesures et demandant beaucoup de temps, ça pourrait être possible. L’idée n’était pas de faire une étude poussée de friction/temps/contamination ( car trop énergivore et pas équipé pour) mais juste se donner une idée de la performance du lubrifiant après application. Après plusieurs essais de montage démontage de chaines usées pour calibrer mon protocole, j’ai réussi à retomber sur des valeurs répétables d’une chaine à l’autre sur le 52×14 en résistance niveau 3 et  après 20 min de chauffe du HT , 3 calibrations du HT…et non 10 min de chauffe + une calibration préconisée par Elite….le prix a payé pour avoir moins de 0.5 w de dispersion vs SRM…

Après avoir tout dégraissée: cassette, galets , plateaux j’ai fait un comparatif de 3 chaines:  une chaine usée 5000 km 0.5 % d’usure , lubrifiée UFO depuis 400 km + un simple coup de chiffon en guise de nettoyage vs une chaine neuve dégraisée + TT race lube et une chaine neuve sortie de boite.  CI dessous fichier SRM d’essai à 240/250 w des 3 chaines.

Et résultat des moyennes des intervalles pour DRIVO, SRM et chaque chaines:

 

Le contrôle se trouve sur la chaine usée, j’ai remis plusieurs fois celle ci pour voir si je trouvais les mêmes écarts de rendement et qu’il n’y avait pas de dérive et ce fut le cas. On notera l’intérêt de changer de chaine et tenir sa chaine propre. 7 watts de perte à 250 w entre la chaine 5000 km mal lubrifiée et une version neuve lubrifiée! Avec 0.7 % en moins de friction pour le TT race lub que la chaine Shimano lubrifiée usine , c’est donc un peu moins performant que l’UFO. Ce dernier obtenait une amélioration de la friction de 1.4 %vs le lubrifiant Shimano.  Mais le nerf de la guerre ne se situe pas sur la friction labo mais bien après au moins 100 km d’utilisation sur la route et contaminée par les poussières. Jason Smith pense ajouter ce TT race Lube à ces prochains Benchmark, nous verrons ! L’analyse des études de contaminations ZFC et après lecture de ces différents rapports, on peut conclure qu’un bon lubrifiant à ces protocoles d’usure + contaminants sera un bon lubrifiant sur la route. SI un lubrifiant est efficace et empêche l’élongation de la chaine lors de la contamination, c’est qu’il est très bon en friction dans le temps. Par exemple son test élogieux de l’UFO drip a confirmé celui de Jason Smith qui annonçait à la sortie de l’UFO drip  toute l’efficacité de ce dernier à la friction sous contaminants.

Pour rappel c’était aussi une des meilleures valeurs de friction atteinte sur le banc  d’Afuludine:

Autre point important pour les coureurs puissants, des 3 types de frictions expliquées dans ses rapports, c’est la partie abrasive au niveau de l’appui haut de la chaine sur le plateau qui va engendrer une grande partie de l’élongation mais aussi la plus grande cause de friction avec un lubrifiant contaminé. Plus le coureur sera puissant ( charge sur le maillon de chaine avec la dent du plateaux) et plus il aura intérêt à avoir un lubrifiant performant dans le temps à la contamination. Les plus gros écarts d’usure et de rendement peuvent donc se faire en fin de sortie humide et sale quand on regarde le test du bloc 4 ou 6  de ZFC ( eau + poussière) . 10 à 12 w vers 300w peuvent s’échapper de la transmission sur une fin d’étape de 200 km avec une chaine encrassée et qui aura perdu une partie de son lubrifiant par abrasion entre contaminants et sa surface. Et de ce point de vue, Adam Kerin reconnait qu’il y a pas mieux que le lubrifiant Graphêne lub d’Absolute Black. Ces tests interne, pas encore en ligne mais dispo chez AB, semblent confirmer que pour quelqu’un qui roule souvent en conditions difficiles et qui ne veut pas relubrifier trop souvent, le graphene lub permet d’atteindre des niveaux d’usure et d’encrassement ultra bas même après 600 km sans rien toucher. Le choix des Jumbo et UAE cette saison !

Pour conclure, la performance au roulement n’a pas évolué avec les chambres TPU mais il faut reconnaitre que les derniers lubrifiants peuvent encore apporter des gains de rendement.

36 Comments

  1. AGUD dit :

    Sacré boulot tes tests sur les lubrifiants . Le truc au tungstène semble donc performant, j’ai regardé ça coute environ 17 euros les 50 ml
    Il faut mettre 10 ml a chaque fois qu’on lubrifie??
    Merci pour tout tes essais

    • Alban Lorenzini dit :

      Oui environs, à la première lubrification ou chaque totalement dégraissée, c’est certain. ENsuite et en entretien tous les 150 km après un simple coup de chiffon, je pense 5 à 6 ml sont suffisant.

  2. MARTIN dit :

    Bonjour,
    Concernant les chambres à air, je reste convaincu que le meilleur compromis est la chambre à air Latex Vredestein superlite. A 55g elle conviendra à tous ceux qui recherche de la légèreté. Elle est la meilleure au niveau test de roulement, et les chambres à air Latex sont connus pour leur confort et leur résistance à la crevaison.
    En plus elle est relativement peu onéreuse : on la trouve à 10€ en VPC.
    Bref, à part le « souci » de perte de pression des chambres à air Latex, je ne vois pas ce que l’on peut reprocher à cette chambre à air.

    • Alban Lorenzini dit :

      Perso je l’ai abandonné après 3 crevaisons donc 3 chambres à air en moins de 200 km sur 5 sorties , il est arrivé la même chose à un ami. Donc trop fin = trop fragile pour 0.1-2 w de perte de rendement, je choisie la sécurité avec la vittoria et sa fiabilité dans le temps. Mais je suis ouvert à tout retour positif et partager les expériences bien sur si vous en êtes satisfait.

  3. AGUD dit :

    Ok donc à utiliser pour les compétitions, j’ai bien envie d’essayer en 2021
    Merci

  4. Emmanuel dit :

    Bonjour Alban, as tu déjà testé la
    SPEDDWAX ?
    je l’utilise renouvellement tourles 500/600 km. Avec un complément de SQUIRT tous les 150 km.
    Cela reste propre et ça couine pas .
    Ton avis?

    • Alban Lorenzini dit :

      j’ai eu des chaines préparées MSW, c’est super bon pas de soucis. Me concernant je suis pas équipé pour bien les préparer et pas envie surtout ( le temps….) Par contre le Squirt annulera ces qualités de rendement et encrassement dès qu’il sera deçu, il suffit ed lire les rapports ZFC pour s’en convaincre.

  5. Emmanuel dit :

    Ok. Merci pour ta réponse.
    Donc pas SQUIRT en rapport…
    Tu conseillerai qqchose d’autre pour gérer entre 2 applications?
    Bon we
    Emmanuel

    • Alban Lorenzini dit :

      Pour faire des relub sans tout dégraisser en profondeur, il faut choisir à la base des lubrifiants sec comme UFO drip, tungsten all weather etc , un coup de chiffon avant de remettre une couche et on peut faire ça 3 à 4 x tous les 200 km sans perdre. UFO drip en tête.

  6. guillaume dit :

    Bonjour Alban,
    Merci pour ce superbe travail. De mon coté les Vredestein sont en test et sur des Bikebeat … Je verrais si je rencontre les problèmes de crevaison. Sinon je suis comme vous, les vittoria me donnent satisfaction depuis des années déjà donc je n’aurai aucun mal à rester là dessus !

    J’ai une petite question car je traite désormais systématiquement mes chaines à l’Afuprim depuis que vous en ventez le mérite. Mon produit commence a vieillir mais j’en ai toujours. (Je fais le trempage, je sors la chaine et je la laisse sécher. je réutilise le même produit à chaque fois … je ne sais pas combien de temps il garde son efficacité mais il est toujours bien fermé pour éviter la contamination ou l’évaporation.)
    Est-ce que je peux continuer de l’utiliser encore un bout de temps ? Ou est-ce qu’il vaut mieux changer ?
    Sachant que je viens de voir sur le site de Afuludine qu’il n’éxistait plus l’Afuprim …

    Est-ce que le Win prim a la même forumle que l’afuprim ? (on dirait qu’il y a moins de quantité quand même que le petit baril afuprim)
    A ce moment là il faudra faire tremper la chaine dedans également pour plus d’efficacité ?

    Merci beaucoup pour ton aide.

    Cordialement,
    Guillaume

  7. Bat dit :

    Merci Alban une nouvelle fois!
    Globalement pour les lubrifiants, en rapport qualité prix pour un VTTiste, le TT All weather et Silca sont top. Silca est d ailleurs très polyvalent avec UFO.
    Parmi ceux-ci seul UFO a montré le bénéfice de l associer avec AFUPRIM/WINPRIM. Penses tu que ce serait valable avec les TT, Silca? Le mode d emploi des TT fait appliquer et sécher 10min seulement, process bien plus rapide que AFU Ufo! Merci

    • Alban Lorenzini dit :

      OUi Afuprim ou Winprim maintenant est un primaire d’adhérence, il marchera avec tous les autres. Dans mon article sur AFuludine, l’association AFU +Squirt ou AFU +Morgan blue a aussi donné des meilleurs résultats que les lubrifiants seuls. Bien sur c’tait sur un banc de tribologie et non en condition terrain. J’ai proposé à ZFC de tester AFUPRIM sur son protocole. A suivre !

  8. Bat dit :

    Merci, trouves tu une différence d encrassage et nettoyage sans et avec afuprim?

    • Alban Lorenzini dit :

      Difficile de répondre…avec UFO qui reste super propre, la chaine sera propre…avec du Muc off, ça encrassera, peut être peu moins vite que sans mais on reste dépendant du lubrifiant mis sur la chaine .

  9. Franck dit :

    Puisqu’on parle des chambres à air, je suis étonné qu’on n’évoque pas les prolongateurs de valve qui sont quasi-systématiques pour les jantes hautes. C’est quand même du poids en périphérie. Existe-t’il des modèles ultra-léger? vaut-il mieux partir sur des modèles de chambre avec valve extra longue plutôt que de rajouter un prolongateur? Est-ce que je me pignole avec ça? lol
    Merci de ton retour

    • Alban Lorenzini dit :

      c’est quoi la différence de poids entre un prolongateur sur valve de 30 mm ( + l’embout des vittoria 48 mm) ou une ch à air de 80 mm pour mettre sur des jantes hautes de 62 mm? si on veut pas ce genre de ballourd alors on achète des roues plates de 25 mm de hauteur et on met une michelin latex de valve 32 mm ou panaracer R’air aussi de 32 mm pour rester sur du performant.

  10. Benjamin dit :

    Bonjour Alban,

    Toujours complet et très bien expliqué merci!
    En lisant les nombreux articles « lubrifiants », je pense de plus en plus a passer à la cire mais difficile de décider sur quoi, a quel coût et si c’est vraiment intéressant
    Je suis encore au Finish Line Dry (et Wet) dont tu parlais en 2014…
    Efficace (le ressenti, je ne suis pas a la recherche du moindre watt) et pas cher mais quand on a un soucis.. les mains….
    Ce qui me ferait passer a la cire serait la longévité et l’économie de la transmission ( roulant en Dura-Ace maintenant)

    Des conseils pour débutant?

    Merci de ton retour
    Benjamin

    • Alban Lorenzini dit :

      Je pense que l’UFO new version sera pour toi. Très facile d’application, très propre et trouvable à 32 euros les 180 ml, plus de 10000 km de lubrifiant.

      • Benjamin dit :

        Merci 🙂
        Pas très cher du coup et super simple (j’ai vu la vidéo sur le site). Je vais me lancer.
        Questions qui peuvent paraitre bêtes mais les Ultrasons sont obligatoires avant première application? (chaine, cassette? )
        Je vais partir sur une chaine neuve (qui n’est pas totalement clean – lu sur le blog ^^ ) mais j’en ai vu certains sur le net qui utilisent du white spirit pour le nettoyage…

        Et après la première application c’est uniquement essuyage et entretien de la cire ou il faut faire un nettoyage complet périodique (comme avec les huiles)?

        • Alban Lorenzini dit :

          oui tu prends du white spirit que tu mets dans un bocal en verre ( type confiture) avec la chaine, tu laisses un peu tremper puis tu agites bien le tout. Deuxieme bain avec de l’alcool 90 pour enlever les traces de white spirit idem, bon shaking puis tu laisses évaporer 1 heure l’alcool et application UFO. pour le netoyage UFO je conseille leur produit de cleaning, vraiment efficace

          • Benjamin dit :

            Merci pour les conseils
            Primaire d’adhérence (AFULUDINE ) devenu obsolète avec UFO 2 ou ça reste intéressant pour protéger encore plus?

          • Alban Lorenzini dit :

            La fonction première de Winprime est d’améliorer le rendement du lubrifiant Afuludine Winlub qui en a besoin pour être super performant. Je suis pas certain que vouloir l’utiliser pour encore gratté 0.05 w avec UFO 2 soit à tenter en premier tellement ce dernier semble performant. Sur le fond, ça doit fonctionner mais aucun rapport, aucun test de friction chaine après terrain + contaminants de winlub n’a jamais été tenté depuis le début.

  11. Benjamin dit :

    Merci beaucoup Alban

  12. Xavier dit :

    Bonjour Alban,
    Merci beaucoup pour cet article technique et très enrichissant.
    Tu présente un gain en terme de watts gagnés sur les produits testés et tu évoques aussi un allongement de la durée de vie de la chaine et une protection.
    Je roule avec la même chaine une année complète en entrainement (triathlon longue distance) avec des entrainements en environnement sec (HT) et des entrainement extérieurs et sec.
    Puis compétition sur Ironman et demi Ironman.
    De ton point de vue est il interessant de dissocier les matériels et traitements pour l’entrainement et la compétition ? J’utilise une chaine Ultegra 11v.
    J’espère avoir été clair.
    Nota : j’utlise pour l’entretien du Mucc Off dry

  13. Gérard dit :

    Bonjour Alban,
    Mon vélo trek Ségafredo émonda, cadre OCLV SLR 800 (2020) est monté avec des roues bontrager aéolus XXX 2, freinage disques, jantes hauteur 28mm, largeur interne 21mm, externe 28mm.
    Je veux monter des conti 5000 en 28mm chambres latex. Je fais des sorties autour du Mont Ventoux et des moyennes de 28 km/ heure.
    Dois je mettre des caa Vittoria « rose » ou Michelin A1 ? et quelles dimensions de caa, des 28mm ?? Ou moins larges ??
    Pour les pneus conti 5000, quelle sera leur largeur une fois montés sur jantes 21mm interne. ??
    Et encore Bravo pour ton site exceptionnel !!!!
    Bien sur je recherche rendement et confort sur des parcours « accidentés » et 3,4 ascensions du Ventoux par an (pour le plaisir) si j’ose dire.
    Pour les compétitions j’ai arrêté depuis qq années.

    • Alban Lorenzini dit :

      Bonjour, La regle pour l’aéro et aussi la maniabilité est de ne pas dépasser la largeur de jante. voir 5 % inférieur. DOnc bien sur un pneu de 28 mm monté sur du 21 mm interne va mesurer au moins 30 voir 31 mm. Tu risques de sentir un peu d’instabilité en descente et virage, surtout pour l’avant. Pour une pratique loisir tu peux certainement opter pour le compromis 28 mm à l’AR et 25 mm à l’avant pour un parfait compromis confort pilotage. Pour du 31 mm mesuré il faudra absolument mettre une vitoria 25-28mm. Pour du 25 mm mesuré 28 mm, la version 19/24 doit encore aller mais une nouvelle fois pour une pratique loisir, je prendrais même pas de risques pour 0.2 w et 20 g de gain et prendrait la version 25/28 mm.

  14. Gérard dit :

    Bonjour,
    Merci pour ta réactivité et bon dimanche.
    Le vélo devient de plus en plus technique, je lis tous tes tests mais malgré tout j’avais besoin de conseils. Je pratique depuis plus de 55ans et j’utilisais des « Boyaux » et tu m’as convaincu de passer aux pneus !!! et j’aurais dû le faire bien avant. Encore merci !!!

  15. Romzz60 dit :

    Bonjour je souhaiterais acquérir un bac a ultrason pour nettoyer ma chaine et ma cassette pouvez vous me dire quel modèle de bac et quel produit vous utilisez?
    J’ai trouver ça chez BPAC, est ce bien?
    https://www.bpac.fr/boutique/nettoyeur-ultrason-3litres-analogique-263.html
    https://www.bpac.fr/boutique/produit-nettoyant-ultrason-bpac-meca33-290.html
    Merci sportivement Romzz60.

    • Alban Lorenzini dit :

      Bonjour, les liens sont bons, la machine est encore plus puissante que la mienne. J’utilise le TR13 ou meca 33 en produit. Cela dit, même si l’ultrason est efficace, si on souhaite avoir une chaine parfaitement propre en partant d’une chaine très encrassée et suivant aussi le lubrifiant utilisé, il faudra utiliser plusieurs bains et pas mal produits pour un résultat parfait engendrant un cout important. Le prix a payer pour un résultat parfait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *