Roue libre
2 novembre 2010
PPG
24 novembre 2010

Salut à tous,

J’avais prévu de ne pas retoucher à mon RXR pour toute la période hivernale lui préférant mon bon vieux Time Edge mieux équipé pour affronter les sorties humides et froide. Mais ce 14 novembre me l’a fait ressortir pour repartir sur la route des cols Vosgiens. Pensez donc 18 °C peu de vent, du soleil et du coup le cuissard court ressorti, la tentation était trop forte. Au programme un parcours pas trop difficile : le col de Bussang et le Ballon D’Alsace : 110 km et 1400 mD+. Inutile de vouloir faire plus sans risquer de rentrer cramé, cela fait maintenant 6 semaines que je ne dépasse plus les sorties de 60 km et roule plutôt à l’envie sans planification! Aujourd’hui l’objectif sera de réaliser une sortie à la moyenne (à la Patrick Bernard !!) en travaillant principalement en zone I2/I3 sur le plat et I4 en bosse. A la mise en route c’est un vrai bonheur de retrouver une ambiance douce quand 3 jours plus tôt je roulais par 5 °C. Les premiers KM sont plutôt bon et les jambes répondent bien. Les 2 km de la cote de Rammersmatt depuis Bourbach le bas se passe en 6 min à 310 watts plutôt facilement. Une fois dans la vallée de Thann je rejoins le pied du col de Bussang à un bon rythme I2/I3: 30 min @ 250watts sans trop forcer mais 160 puls moy tout de même. C’est 10 puls plus haut que dans ma faste période ! Le vent commence déjà à se lever et est plutôt défavorable mais j’ai choisi ainsi privilégiant un vent porteur pour le retour.

Magnifique Grand Ballon depuis Bussang

A l’attaque du col Bussang par Urbes (très calme seulement le Dimanche entre 12 h et 14 h mais à éviter absolument en semaine du fait de son axe très passant) j’essaye de maintenir les 300 watts. La Fc ne s’envole pas trop mais les sensations ne sont pas vraiment là avec l’impression de piocher pour maintenir cette allure. Le pic de forme de mi septembre est maintenant loin et il faut s’y faire. Cette sensation grisante d’avoir encore de la réserve à 300 watts c’est de l’histoire ancienne. Bon je maintiens 295 watts pendant 16 min à 88 % de fc max. Pas si mal. Au sommet à seulement 748 m je prends un violent vent de face et me dit qu’au sommet du Ballon ça va donner. Le ciel se couvre d’ailleurs et en regardant vers le Ballon on peut apercevoir des nuages noirs défiler très vite…hum hum, je sens que je fais regretter d’avoir garder mes roues de 38 mm à la place de mes neutrons… la sortie va se finir en mode guerrier ! A l’attaque je suis loin de m’envoler, mes capacités à tenir une endurance haute ont bien diminuées aussi. Tenir 280 watts est pénible et les bonnes rafales de vents qui tapent dans les roues en me faisant dévier même à 15 km/h n’arrangent rien. Passé le troisième km me voilà un peu à l’abri dans la partie boisée, ça va mieux et je tiens un rythme plus stable. A l’approche du sommet je retrouve le vent et reprends un cycliste qui est tout content de s’abriter dans mes roues. Il fait froid et suis obligé de remettre le coupe vent vers la Jumenterie. Le vent et avec l’altitude ( plus que 11 °C) la température ressentie ne doit pas dépasser 5 °C ! Quel contraste avec les 18 °C du début !Je force le tempo pour me réchauffer et approche des 300 watts sur les 5 dernières minutes. Cela me fera une montée en 32’30 pour 280 watts.

Les Alpes en récompense des efforts au sommet du Ballon.

Inespéré pour une mi-novembre. Le début de la descente est catastrophique, debout sur les freins j’essaye de ne pas tomber à 30 km/h tellement les rafales me déportent à cause des roues. Ensuite avec le vent dans le dos, le final est grisant : descente comprise ( 11km) j’avale les 37 dernier km à 41 km/h de moy. La sortie se finit donc par 107 km à 31.1 km/h de moy pour 250 watts NP et 157 puls moy. Avec le retour du froid et de la pluie place maintenant à un bon cycle de ppg avec renforcement musculaire, footing et sortie rando. J’y reviens dans mon prochain billet.

2 Comments

  1. Maëlig dit :

    Hier matin je me suis dépéché de tondre avant la pluie… Et j'ai été surpris de devoir enlever le pull! Je me suis dit : cet après midi c'est vélo obligatoire! Mais finalement après manger le vent et les nuages étaient déjà sur Plancher Bas et j'ai donc pédalé dans ma tête en lasurant mon appentit avant la pluie…

  2. Alban dit :

    J'avais vu aux prévisions qu'il fallait pas trop trainer. J'ai mangé tôt et suis parti à 11h45.Bien fait car c’était vraiment limite sur le ballon!
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *