Le Profil de Puissance Record pour faire le point

Nouveautés TIME 2013
14 juin 2012
La Grand BO 2012
25 juin 2012

Salut à tous,
Avec l’aide des capteurs de puissance, il est maintenant possible de déterminer son PPR : profil de puissance record. Ce PPR  se base sur le fonctionnement physiologique de l’homme qui veut que plus on souhaite développer un niveau d’intensité d’effort élevé, plus la durée de l’effort est courte. L’objectif est d’évaluer et de mieux comprendre les performances physiques d’un athlète en fonction de son niveau et de ses caractéristiques physiques.
Suite à la relecture de la très bonne thèse de mon maitre au BE ( Mister Pinot YODA ! J), j’ai eu envie de confronté mes résultats à son profil de puissance moy. Celui-ci a été établi sur la base de 20 cyclistes pendant une saison de haut niveau accumulant une 20 h/semaine et représentant 4 profils types grimpeur, sprinteur, rouleur, mixte. Les résultats sont représentés sur les tab ci-dessous.
On voit clairement la baisse rapide des performances avec la durée de l’effort. Cette baisse peut être plus ou moins marquée suivant les durées par rapport au profil des cyclistes. On comprendra aisément qu’un grimpeur ne possède pas la même  résistance anaérobie qu’un sprinteur ! Cependant il peut être intéressant de se comparer dans un premier temps par rapport à un profil moyen pour voir s’il n’y pas des trous ou des lacunes dans l’évolution de ses performances sur la durée.
Avec WKO j’ai extrait mes bests sur les durées de 1’’ à 3h et remis l’ensemble dans un tableau comparatif par rapport à celui de Julien.

Ce qui m’intéresse avant tout c’est la baisse de puissance exprimé en pourcentage de PMA par rapport à celle-ci. Cette dernière déterminée en Avril était de 380w.
Une fois tout rentré, on voit déjà que j’ai de grandes capacités de sprinteurs !! Avec 21.7w/kg sur 1’’ me voilà au sommet de l’échelle. Bon j’avais remarqué à travers ma formation BE que j’étais pas mal dans ce domaine en finissant souvent devant dans des jeux de force/vitesse. Il y avait pourtant dans ma promo du gros calibre (élite). Pourtant je n’y travail presque pas…à part un peu l’hiver. Quand la génétique s’en mêle….Sur 10’ (345w sur 9’56) ma puissance  baisse de 10 % c’est presque identique à la moyenne de 8%. Puis ensuite cela se gate sur 20 min où je prends 5% dans la vue. Rien d’étonnant à cela. Mes mois d’ d’Avril et surtout Mai catastrophique m’ont empêcher de faire correctement mon cycle de seuil/PMA. Du coup mon seuil anaérobie cette année  est bien bas. Il pourrait être de 15 à 20 watts supérieur. Dommage pour quelqu’un qui se veut spécialiste des cols… Sur 30 min je reprends in extrémiste quelques watts grâce à mon gimenez de 295w de jeudi dernier. Sur 1, 2 ou 3h , je suis ensuite dans la moyenne. Mes sorties à I3 dans les cols Vosgiens m’ont  permis d’avoir une bonne endurance critique.
Evidemment on pourrait critiquer mon étude en disant que si j’avais préparé mon profil en me faisant des chronos spécifiques pour chaque durée, j’aurai certainement amélioré un peu mes scores. Cependant le profil de Julien est aussi une moyenne des courses et entrainements de ses sujets. Ils n’ont donc pas à chaque fois raisonnés performances maxi en vue du profil.
Bref je le savais mais cela le confirme, il faut clairement que je récupère des watts au seuil. La deuxième partie de ma saison (après mes vacances de début juillet) en aura fort besoin avec une participation aux grimpées FSGT d’Alsace, la cyclo masevaux Ballon, FFC pass valdoie Ballon, CLM Ballon sans oublier une ou 2 cyclos comme la Vosgienne !
En attendant, ça sera la Grand Bo ce week end. On verra, l’année dernière avec 10 watts de plus au seuil j’avais réussi à m’accrocher à la tête de course jusqu’au pied du Mont Saxonnex….possible que cette année ça soit plus dur !

5 Comments

  1. Anonymous dit :

    Julien PINOT
    @albantraining Sympa ton analyse 😉

  2. Max dit :

    Bonjour,
    excellent blog déjà. 😉

    Voilà après analyse de mon PPR je constate une CP5 à 6.16 w/kg mais après mes valeurs chutent:
    10min:5.25 w/kg
    20min:4.43 w/kg
    30min:4.35 w/kg

    En plus de cela mon profil anaérobie n'est pas bon, je suis mauvais en sprint et je n'ai pas trop d'explosivité.

    Je suis un peu perdu dans la façon de procéder pour rehausser mes valeurs, quelles sont les priorités à travailler, comment etc…

  3. Alban dit :

    Bonjour,

    Pour compléter votre profil, il faudrait donc les valeur max sur 30s et 7s. Ainsi on aurait toutes les infos sur vos capacités lactique et de force max. Votre PMA est bonne ce qui atteste d'un bon potentiel. En effet la suite se gate et il semblerait que votre entrainement ne soit pas optimal pour exploiter tout ça. Pas mal de chose semble à revoir dans l'ordre d'une bonne prépa: Force max +I2, I3 + force sous max, seuil I4 puis PMA. Ensuite suivant vos objectifs et vos points faibles il faudra axer d'avantage le travail sur certain point. On proposera pas les mêmes programmes à un coureur FFC qui veut avant tout de l'explosivité et de fortes capacités lactiques qu'à un cyclosportif qui veut monter vite un col. Ceci dit il faut toujours entretenir et toute l'année toutes les filières afin de conserver toutes les qualités du cyclisme. La force par exemple s'entretien par les sprints et non pas en écrasant la pédale @40 tr/Min comme tout le monde fait…Pour votre déficit sur 20 ou 30 min il semblerait qu'un cycle de seuil soit à effectuer. Mais pour qu'il soit efficace, il faut déja que la force sous max soit bien en place…donc ensuite des exo sous forme d'interval de 5 à 10 min@80% de pma pour ensuite aller jusqu'a 20 min, quelques Gimenez seront le bienvenue aussi.
    Alban

  4. Maxime dit :

    D'abord merci de votre réponse.

    Sur 30 sec 709W et 7 sec dans les 900W.

    Donc selon votre approche le travail I5 se fait après I4. En gros l'approche de Grappe vous semble la bonne ?
    Car certains préconisent une reprise rapide du travail à I5/I6 l'hiver.
    Avec tout ce que je lis j'ai du mal à trouver la bonne méthode hivernale.

    Je suis coureur FFC et j'ai pas mal de mal à organiser mes cycles durant la saison. Je me base sur des cycle de 4 à 6 semaines avec au final une course objectif et des semaines ciblées (par exemple I1,I2,I7 après seuil puis PMA, lactique et objectif pour finir).

    Maxime

  5. Alban dit :

    Il n'y pas une bonne méthode car chacun va réagir différemment. Certain vont mieux progresser avec le concept de G.Thibault et les EPI et d'autres Grappe.C'est à l'entraineur ou à la personne de ressentir les bienfait ou non. De toute façon il faut savoir faire évoluer ses routines pour être efficace et éviter la monotonie. Ensuite I5/I6 cela dépends des premiers objectifs, à modérer tout de même. Ceux qui avionnent en avril sont souvent ceux qui sont cramés en juillet…Rien ne vaut la progressivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *