1 er bilan saison 2010
19 septembre 2010
Grimpée du Salbert 2010
2 octobre 2010
Salut à tous,

Retour sur un petit test de l’été dont je n’avais pas encore pris le temps de parler. J’ai eu l’opportunité d’essayer des roues ZIPP 303 à boyaux. Mon vélociste (merci Daniel de Ditri-cycle Danjoutin) en utilisait une paire et il m’a proposé de me les prêter. Belle occasion enfin d’essayer des roues à boyau, je ne pouvais pas refuser!

Version zipp

La paire était équipée de boyaux Continental Sprinter. Un petit comparatif technique avec mes Edge 38 mm s’imposait avant d’aller sur le terrain. Les zipp nues pèsent 1170 g vs 1340 g pour les Edge. La différence provient essentiellement du profil tubulair permettant d’avoir une jante de 285g-44mm contre 390 g- 38mm à pneu. Mes roues reprennent un peu l’avantage sur le montage global faisant passer les 210 g d’écart sur les jantes à seulement 170 g sur l’ensemble. Reste le choix des pneus : avec un ensemble chambre light + ultremo R1 à 250 g contre 280 g pour le boyau sprinter, il ne reste vraiment plus grand écart sur l’ensemble : 1730 g – zipp 303 vs 1840 g edge 38.

Version Edge

Je pars donc essayer 2 jours de suite sur un parcours identique présentant des longues lignes droites et aussi un col de 400 mD+. Dès la mise en route, c’est l’enchantement d’un point de vue confort. Le boyau pourtant gonflé à 8 bars ( 7 sur mes ultremo) me donne l’impression de rouler sur du velours. On dirait que je viens changer de vélo tellement les vibrations me paraissent filtrées. Magique le boyau ! Vient ensuite à tester l’aérodynamisme. Jusqu’à 40 km/h pas vraiment d’écart mais c’est ensuite que l’effet turbo se déclenche. Alors qu’il faut d’habitude que je pousse plus de 300 watts pour accrocher les 40 km/h, je me surprends à voir souvent les 42-43 km/h pour le même effort. La forme bombée et alvéolée qui fond toute la force des ZIPP n’est pas qu’un argument marketing. Capteur de puissance à l’appui, il est plus facile de maintenir l’allure à 40km/h. Arrive maintenant la route forestière qui monte au Hundsruck. Sur la première sortie je l’ai montée au train soutenu à 290 watts représentant 20 ‘ 15 pour les 6 km. Le lendemain 10 accélérations à 400 w pendant 30 s entrecoupées de récup à 260 w faisant un total de 295 watts pour 20’ les 6 km. J’étais passé une semaine plutôt dans le Hundsruck avec mes edge sur un exo type gimenez sur les 6km( alt 370w-270w) min produisant aussi 295 w pour 20’10s. Pas de différences de rendement donc. Mes Edges aux rayons assez tendus répondent aussi bien dans ce domaine. Reste la prise au vent, lors du deuxième passage il y a avait du vent en altitude. A la descente les Zipp m’ont bien surprise par leur faible prise au vent et l’aspect très sécurisant qu’elles dégagent à haute vitesse pour une paire de 1170g. Malgré leur profil plus haut, elles sont moins sensibles et plus maniable au vent que les Edge.
Bilan très positif donc. Reste l’éternel problème du boyau et son aspect peu pratique sur les changement/réparation rapide qu’il pourrait demander . En effet pas de souci à l’entraînement mais un boyau endommagé en course et c’est cuit ! Alors à 2200 euros la paire, je n’ai pas franchi le pas mais leur polyvalence mérite vraiment leur réputation.

6 Comments

  1. Rodolphe dit :

    Salut Alban,

    Oh tu sais une crevaison avec des pneus en course et ce sont des minutes que tu ne récupères pas non plus… visiblement le boyau recueille tous les suffrages question rendement et confort ; faudra que j'essaie un jour.

    @+

    PS : je ne savais pas que "Bubuch" avait une paire de 303 boyaux pour la route 😉

  2. Alban dit :

    Salut Rodolphe,

    Peut être qu'avec l'habitude, il est pas plus long de changer un boyaux qu'un pneu mais pour l'instant ça me fait un peu peur… Tu le connais d'ou notre bubuch local? Et toi tu as fini les grimpées?
    A+

  3. Rodolphe dit :

    Avant d'être Isérois j'ai habité 10 ans à Nommay… Districycles est vite devenu un point de chute indispensable pour le matos vélo 🙂
    En plus on a roulé quelques fois avec Daniel et Anthony (et d'autres riders) dans les bois environnants à VTT… donc je me souviens bien de lui.

    Concernant le changement de boyau je me dis qu'à force ça ne doit pas être plus difficile que de monter un pneu neuf sur une Neutron (!) ; à essayer un jour… pour les grimpées en fait je n'ai jamais commencé : la seule que je comptais faire fut annulée à cause du froid/pluie/brouillard.

    J'ai terminé les compétitions ce matin à la Drômoise avec une belle 9° place scratch et un podium catégorie, où une crevaison lente (tiens tiens) dans les ultimes km m'a empêché de sprinter pour la 6° place (et victoire dans la catégorie). Très, très satisfait de ma saison 2010 en tout cas ; la barre est haute pour 2011 😛

  4. Rodolphe dit :

    Salut Alban,

    Je reviens sur ce sujet car je me pose plein de questions "roues" cet hiver (le ralentissement de l'activité étant propice à ce genre de réflexion).
    Ma paire de Neutron fait bien son job de roues solides et polyvalentes, mais je suis de plus en plus tenté par le carbone (20 ou 38mm), histoire de grapiller du poids sur les ensembles tournants en montagne.

    Pour les mêmes raisons que toi je n'envisage par le boyau pour le moment, mais on dit beaucoup que les jantes carbones s'écartent dans le temps, sous la pression du pneu. Toi qui roule en Edge à pneus as-tu déjà constaté ce phénomène ? Depuis combien de temps utilises-tu ces roues ?

    Merci pour ton retour, et soigne bien la PPG 🙂
    @+

  5. Alban dit :

    Salut Rodolphe,

    Il est vrai que certain modèles ont eu des problèmes notamment des corima et certains modèles asiatiques mais c'était il y a quelques années au lancement de ces produits. Maintenant cela semble mieux maîtrisé. Edge a une très bonne réputation ( choisit par Adrien de roue artisanales pour ses montages par ex) et je ne suis pas déçu. En 2 ans et 10000 km de montagne surtout, pas bougées, pas d'éclats ou d'amorces d'usures. Concernant ta recherche, si tu restes en pneu, ne te prends pas trop la tête avec le light et le carbone. Moi j'avais choisi les edge pour leur aspect esthétique avec le RXR et effectivement un poids réduit par rapport au 38 mm. Un montage extra light en alu pourrait aussi faire l'affaire si tu ne cherches pas forcement l'aspect esthétique. Par rapport à des neutrons il te faudrait au moins 400 g de différences pour un minimum de gain ( genre 20 secondes pour 10 km de grimpée.). A mediter.. perso et désolé d'insister mais je me monterai plus une roue powertap pour l'entrainement.Les watts gagnés seraient plus rentable que le gain espérer par une roue light!

  6. Rodolphe dit :

    Oui c'est ce que j'ai vu en comparant alu/carbone : sur les tailles basses le gain n'est pas si important, surtout en regard de la différence de prix.
    Le Powertap est évidemment un très bon outil, à condition d'être motivé pour le mettre à profit… et à l'heure actuelle je ne suis pas sûr de vouloir manger du Gimenez et autres exos rigoureux à chaque sortie.
    Reste la question des chiffres : plus de 650€ la roue alu 20mm light (moyeux Tune – jantes Kinlin XR200) pour un gain de ~300g sur les Neutrons (qui resteraient à vendre)… soit à peu de choses près le prix d'un groupe Sram Force (par ex.) bien plus léger que mon Centaur actuel.
    Bref pas simple, avec une certitude : pour avoir du light en 38mm ou plus c'est carbone obligatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *