La presse et internet en parlent

SCN_00072      SCN_00062

planche

SCN_0019 SCN_0020

ecowatt

 

L’interview de RODOLPHE LOURD qui roule CYCLESETFORME depuis Avril 2011:

www.cyclosport.com : Peux-tu te présenter en quelques lignes ? Par exemple, âge, profession, localisation géographique, club où tu te trouves, matériel utilisé avec roues et braquets, passé cycliste…

Rodolphe Lourd : J’ai 28 ans et habite dans l’Isère, à Fontaine. Je travaille comme administrateur système (= informaticien) chez A. Raymond à Grenoble depuis septembre 2008, date à laquelle j’ai pris une licence FFC à l’AS Fontaine Cyclisme. J’ai commencé le vélo dès 1995. De Benjamin à Junior au VC Montbéliard (Doubs), avant de faire un break pour les études… De retour sur une selle, le virus de la montagne et du cyclosport m’a pris sur la Serre-Che Luc Alphand en 2008, et j’ai de suite accroché à ce format d’épreuve longue, avec le plus d’ascensions possibles. Depuis je n’ai cessé de rouler, grimper et progresser en montagne, bien aidé par mon gabarit de grimpeur (1m78 – 61 kg).
Au milieu de trois massifs (Belledonne, Chartreuse, Vercors) nous possédons un terrain de jeu exceptionnel à quelques kilomètres de chez soi. Je participe également à la vie du club de Fontaine, m’occupant de tout ce qui touche à l’informatique (site web, forum, blog, presse : http://asf.cyclisme.free.fr). Enfin je tiens un blog retraçant l’ensemble des compétitions auxquelles je participe, à la fois pour en garder une trace dans le temps, et pour partager mon expérience avec d’autres cyclistes… Car c’est en lisant le blog de cyclosportifs comme Sébastien Gissinger, David Polveroni ou Philippe Ronat que j’ai eu envie de tenter l’aventure du Grand Trophée (http://www.rodolphe-passions.info/wordpress). Côté matériel rien d’exotique : cadre sur mesure Noël en carbone, groupe Campagnolo Centaur 10 vitesses compact (50/36 – 12/25) et roues Neutrons, pour un total de 7,8 kg. Grâce à Alban Lorenzini de Cycles et Forme (http://www.cyclesetforme.fr/) j’ai également bénéficié cette saison d’une roue arrière intégrant un capteur de puissance Powertap. Avec un suivi régulier et des conseils de sa part j’ai appris à mieux m’entraîner avec ce type d’instrument, même s’il reste encore beaucoup de choses à améliorer…

www.cyclosport.com : Quel est ton bilan sportif de l’année 2011 ?

Rodolphe Lourd : Excellent en cyclosport avec la victoire finale dans le Grand Trophée chez les moins de 30 ans, de nombreux top 10 scratch et podiums dans ma catégorie. J’avais couru la plupart de ces épreuves en 2010 ; à de rares exceptions près j’améliore mon temps et mon classement à chaque fois (une seule déception aux Trois Ballons, où une hypoglycémie dans le final me coûte probablement un top 20).
Mitigé en FFC car aucun point marqué, tout en découvrant le niveau national sur quelques belles courses du département. Ça me donne envie d’en faire un peu plus en 2012 pour arriver mieux préparé à ce genre d’épreuves, tout en donnant la priorité au cyclosport.

www.cyclosport.com : Quels sont tes objectifs pour l’année 2012 ?

Rodolphe Lourd : Progresser encore dans les classements, se rapprocher des podiums scratch tout en prenant du plaisir chaque fois que j’enfourche mon vélo. Mon calendrier devrait encore tourner autour du Grand Trophée, en essayant de conserver mon titre pour ma dernière année dans la catégorie.
Enfin une épreuve FFC par étapes au mois de juillet/août m’intéresserait, après avoir loupé le coche cette année (faute d’envie et récupération suffisantes). Bref, largement de quoi s’occuper pour 2012 !

www.cyclosport.com : Comment gères-tu l’intersaison, c’est-à-dire jusqu’aux 1ères cyclosportives ?

Rodolphe Lourd : En général je ne coupe pas l’hiver. Je continue à faire de la route à intensité moindre tant que la météo le permet, avant de passer au VTT s’il fait trop froid, ou le ski de randonnée s’il neige. Ensuite reprise de la route en janvier suivant les conditions climatiques, une bonne base foncière jusqu’à février et j’attaque le travail spécifique fin février / début mars avant les toutes premières courses du calendrier.

www.cyclosport.com : Combien de temps consacres-tu au vélo par semaine et comment t’organises-tu ?

Rodolphe Lourd : En pleine saison ce sont quatre sorties hebdomadaires. Avec des horaires de bureau classiques je fais deux grosses sorties à intensité modérée le week-end (3-4h mini) et dois attendre le passage à l’heure d’été pour caser deux sorties courtes et intenses le soir en semaine ( 2h).
Au total je tourne à 10-12h de selle en moyenne, et jusqu’à 15h pendant les congés d’été par exemple… Être célibataire facilite les choses !

www.cyclosport.com : Plus bel exploit ?

Rodolphe Lourd : Difficile à dire… avec le recul, l’édition 2010 des Trois Ballons dans mon ancienne région : 205 km et 7h de course dans la grisaille me terrifiaient au départ, et finalement j’arrive au pied de la Planche-des-Belles-Filles avec suffisamment de forces pour remonter un paquet de concurrents et me classer 26ème au sommet, 8ème Français !

www.cyclosport.com : Les 2 meilleurs et les 2 moins bons souvenirs sur un vélo ?

Rodolphe Lourd : Brevet de Randonneur de Chartreuse 2009 : toute première sortie de plus de 200 km à fort dénivelé, météo parfaite, paysages magnifiques et première rencontre avec le Team Chamrousse, dont je croise les membres avec plaisir depuis, sur la majeure partie des épreuves du calendrier cyclosport… Magique !
Marmotte 2011 : 6h37’ au sommet de l’Alpe-d’Huez, pas de défaillance, une gestion de course parfaite jusqu’au bout (grimpée de l’Alpe en moins d’une heure)… comme dans un rêve. Et à la Pantani un mois et demi plus tard, où après une crevaison je reviens sur Mickaël Gallego – une référence en grimpée – pour le lâcher dans les plus forts pourcentages de La Garde.

Sinon je garde un souvenir douloureux de l’enchaînement Vaujany / Marmotte 2010 : grosse semaine de travail au bureau et mauvaise récupération ne font pas bon ménage après six week-ends cyclosportifs non-stop… Résultat : défaillance dans l’ascension finale de Vaujany et craquage complet (physique et mental) dans l’Alpe-d’Huez six jours plus tard (1h15 pour couvrir les 21 lacets).